Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Affaire des huit prostituées: Leur proxénète avoue, un célèbre animateur d’une télé parmi les clients


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 17 Novembre 2017 || 135 partages || 0 commentaires

Affaire des huit prostituées: Leur proxénète avoue, un célèbre animateur d’une télé parmi les clients

L’affaire des 8 prostituées et leur proxénète est passée hier à la barre des flagrants délits. Et pour l’occasion, la parquetière n’a pas tremblé. Elle a visé le max pour certains et la relaxe pour les autres. Outrée par ce qui s’est passé, la représentante de la société a en effet sollicité 2 ans de prison ferme pour Médoune alias Nino le cerveau du réseau de prostitution, 6 mois ferme pour les 5 autres filles, demandant la relaxe au bénéfice du doute pour Syni, copine du proxénète, Biagui et Sonko. Tous comparaissaient pour les infractions de prostitution, proxénétisme, non inscription sur les fichiers sanitaires, détention et diffusion d’images à caractère pornographique. Ils seront fixés sur leur sort jeudi prochain 23 novembre.

Il a fallu 3 tours d’horloge pour que cette affaire de prostitution, proxénétisme et complicité, non inscription sur les fichiers sanitaires, détention et diffusion d’images à caractère pornographique soit jugée hier devant la barre des flagrants délits de Dakar. En raison du nombre de prévenus et des infractions pour lesquelles ils sont poursuivis, la salle était pleine à craquer sous une chaleur d’étuve. Le cerveau de la bande Médoune alias Nino (40 ans), gérant d’une entreprise de sérigraphie, sa copine Ndèye , Adjia  (24 ans) domiciliée à Yoff Apecsy, Marine (27 ans), domiciliée à la Sicap Baobab, Penda (21 ans), domiciliée à Amitié 3, Rokhaya (28 ans), serveuse au restaurant , Marième (25 ans), Anna et la mannequin Arame (23 ans) domiciliée à la Sicap Liberté, étaient tous devant la barre.

Comment une agente de police a joué le jeu pour avoir des preuves

Les faits ressemblent à un film policier. Exploitant une information anonyme, une agente de la police (nous préférons garder son nom), entre en action. Le plus naturellement du monde, elle se fait photographier nue par Médoune. Détenant ainsi les preuves, elle avise ses collègues. Le 27 octobre dernier, les éléments de la brigade de recherche font une descente à la Sicap Liberté 6, dans un appartement meublé et trouvent Nino et sa copine Syni.
Une perquisition est vite faite et les policiers trouvent une tablette Sony de couleur blanche qui contenait des photos pornographiques et un appareil photo où ces mêmes filles exhibaient leurs corps et leurs sexes en dansant.
Une enquête rondement menée prouve que Nino est le cerveau. Sa copine a été aussi interpellée plus tard, car elle avait emporté avec elle un portable contenant des photos compromettantes qu’elle a effacées avant de se présenter aux agents.
Lors de l’interrogatoire préliminaire au commissariat central de Dakar, toutes les filles avaient reconnu les faits qui leur étaient reprochés. Aussi, Nino était passé à table sans pression, révélant même avoir demandé à un de ses amis qui faisait la navette entre Dubaï et Sénégal de lui trouver une puce dudit pays. C’est cette puce qu’il a mise dans son portable tout en installant l’application WhatsApp. Puis, il faisait croire à ces filles naives que Mouhamed Fawzi était un prince Dubaïote qui voulait entretenir des rapports sexuels avec les belles filles du Sénégal.

Les bars Five, Silencio, Vogue pour ferrer les «proies fraiches»

Pour mieux les appâter, il leur a montré des photos de filles qu’il a rendu riches grâce à cette activité. Son endroit de prédilection était les boites de nuit comme le Five, Silencio, Vogue pour ferrer les «proies fraiches». En réalité, ce Fawzi n’existe pas. C’est lui-même qui se faisait passer pour ce Dubaïote en appelant et répondant lui-même au téléphone. Il a proposé aux filles de se photographier nues et aussi de filmer leurs propres sexes.
Et il se chargeait de chercher une clientèle bien sénégalaise avec qui ces filles entretenaient des rapports sexuels à plusieurs reprises en contrepartie de sommes d’argent.
Seules Biagui et Sonko ont échappé car refusant de coucher avec les clients proposés. Ensuite Nino recevait sa commission entre 10.000 francs et 100.000.

Le cerveau Nino déballe : «Toutes les filles ont couché avec des clients sauf Biagui et Sonko»

Mais devant la barre hier, Nino a complètement varié dans ses déclarations. «C’est B. Ndiaye (Ndlr : l’agent de police) qui a ramené les gendarmes et qui a mis les photos dans la tablette. Et elle m’a dénoncé. Parce que je lui devais de l’argent. Je reconnais tout de même l’avoir photographiée avec l’appareil qui a été saisi. Mouhamed Fawzi n’existe pas. Je me suis fait passer pour lui, en envoyant les messages et en y répondant moi-même. Dans ce pays, les filles aiment l’argent et si tu en as, elles t’idolâtrent. Je l’ai fait pour atteindre ma proie. En leur faisant croire que Fawzi est un riche prince dubaïote qui voulait entretenir des rapports sexuels avec les filles les plus belles. Biagui et Sonko n’ont jamais couché avec des hommes en contrepartie de sommes, mais les autres filles oui. Syni (Ndlr : sa copine) ne connait pas le code de mon portable pour effacer ces photos, c’est moi qui l’ai fait. Je me suis abstenu d’avoir la photo de ma copine nue. Je n’ai pas épargné les autres, car elles en avaient pour mon argent», a-t-il soutenu avec témérité.

«Un célèbre animateur d’une télé de la place réclamait les services de ces filles»

Toutes vêtues de «meulfeu», elles ont nié les accusations. Sa copine Syni a dit qu’elle ignorait les activités de son copain et n’y a jamais participé. Très fâchée, la parquetière a demandé aux avocats de la défense d’écouter les scellés de WhatsApp, car il y a un animateur sénégalais très connu de tous sur une télé de la place, qui y réclamait les services de ces filles. Cependant, elle a sollicité la relaxe au bénéfice du doute de Biagui, Sonko et Syni, la fiancée de Médoune. Elle a requis 6 mois ferme contre Adjia , Penda , Rokhaya , Anna et Arame et 2 ans à l’encontre de Médoune. Les 11 avocats de la défense , ont plaidé la relaxe et à titre subsidiaire la relaxe au bénéfice du doute.
Délibéré jeudi prochain 23 novembre.


Jotay


Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Février 2020 - 12:11 Le bébé enlevé à Niakhar retrouvé mort à Fatick