Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

BOROM « TOUBA » !


Touba, ville religieuse fondée par Cheikh Ahmadou Bamba Khadimour Rassoul, est un exemple atypique d’un projet de société. Le Cheikh, étant un rénovateur de la Sunnah prophétique, avait mis sur place un modèle sociétal basé sur la pratique de l’Islam orthodoxe, modéré et de développements économique et humain.

Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 8 Novembre 2017 || 42 partages || 0 commentaires

 

L’orthodoxie de la Sunnah Muhammadie est à compter dans toutes les actions du Cheikh à travers le culte des piliers de l’Islam, de la culture du savoir. A Touba, le Coran y est lu chaque jour, et entièrement, au minimum 28 fois dans les centres (Daaray Kaamil) que le Cheikh avait établi à son époque. 28 est d’ailleurs la valeur numérique et sémantique de Touba. Ne comptons pas toutes les écoles coraniques qui forment des milliers de jeunes par an.

La ville abrite l’un des plus beaux chef-d’œuvre du monde musulman avec sa mosquée qui fait régulièrement sa mue pour se conformer à l’architecture contemporaine. Lamp Fall, ce minaret spécial par sa forme, porte le nom de celui qui, à lui seul, a fait du travail son sacerdoce pour servir le Cheikh.

Oui, le mouridisme est le cheval de bataille de l’Islam. De façon pacifique, le Cheikh a instauré un système basé sur le culte et le travail. Les 2 se complètent et sont interdépendants. Le soufisme contemporain enseigné par le Cheikh n’est plus ce culte de la contemplation. TOUBA est la preuve d’une action, du travail, de l’accomplissement. En l’espace d’un siècle, le petit village est devenu la 2e ville économique et démographique du pays. Son plus grand événement, le Magal de Touba, génère près de 250 milliards de FCFA en l’espace de quelques jours.

Diamou Yalla ak liguééy !

Accomplir ses devoirs religieux et être utile à sa communauté et à son prochain, telles sont les orientations de l’enseignement du Cheikh. Touba marche sur ces 2 roues. Elles tournent au service de l’Islam. Aucun sous n’ira embellir des palais de sultan et laisser des pauvres mourir dans leurs coins. L’entraide et le partage sont des viatiques à Touba.

Et pour preuve, tout le Sénégal converge vers Touba à l’occasion du Magal. La diaspora décollera de tous les aéroports du monde pour atterrir à Touba. Touba la sainte, Touba l’authentique.

Tout comme le Vatican, Touba a ses règles. Elle n’est pas, officiellement, la capitale internationale de l’Islam mais elle incarne ce qu’il y a de plus beau, de plus authentique et orthodoxe de la religion musulmane. À ma connaissance, elle est la seule cité qui se dit religieuse et interdit formellement sur son sol toutes pratiques prohibées par la religion.

Une élite d’intellectuels ancrée dans l’enseignement du Cheikh

Ce projet de société ne se limite pas à cela. Touba fait de sa Mosquée l’épicentre de son plan d’urbanisme. Touba a sa propre culture, sa propre discographie (les Qassidas), sa propre linguistique teintée de pudeur et de respect. Ses hommes et femmes sont également au diapason des nouvelles sciences et technologies contemporaines. Des diplômés et polyglottes, Touba en compte en millions.

Cependant, les défis de Touba pour montrer à tous azimuts sa splendeur religieuse et sociale sont aussi grands que ses réalisations. L’urbanisme, l’assainissement, le transport, le développement industriel laissent à désirer. Pour ce faire, les mourides devront penser à mettre à niveau tout le système de gestion de la ville à l’aune de ce qui se fait dans les grandes villes du monde. L’ouverture sera balancée à l’orthodoxie pour éviter tous les abus de la modernité.

Touba, Smartcity à l’horizon 2050, j’en rêve. J’espère que ce défi sera relevé à l’honneur du Mouridisme, du Sénégal, de l’Afrique et du monde islamique.

 

Latribune221
 
 

Dakarflash6



Nouveau commentaire :