Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Burkina Faso : révélations sur les djihadistes tués lors d'un assaut militaire dans la nuit de lundi à mardi


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 24 Mai 2018 || 32 partages || 0 commentaires

On en sait désormais un peu plus sur les djihadistes tués dans la nuit de lundi à mardi par les forces de l’ordre dans un quartier périphérique de Ouagadougou au Burkina Faso.

Les quatre djihadistes dont trois tués “projetaient une attaque” dans la capitale, a affirmé mercredi la procureure de la république.

“Le cerveau présumé du groupe, en la personne de Sawadogo Abdoulaye alias Abdallah, est impliqué dans l’attaque de la Brigade Territoriale de gendarmerie de Samorogouan du 9 octobre 2015. Il fait aussi partie du groupe de terroristes démantelé dans le quartier de Kilwin le 23 octobre 2016.” À déclaré Maïza Sérémé, procureure du Burkina Faso.

"C’est vraiment quelqu’un de très impliqué dans le terrorisme et il voulait installer le jihad au Burkina."

Ella a précisé qu’il était impliqué dans “plusieurs attaques” menées sur le sol burkinabè dont celle de la brigade territoriale de gendarmerie de Samorogouan (ouest), perpétrée par une cinquantaine d’hommes en octobre 2015 et qui avait causé la mort de trois gendarmes.

Son nom était également apparu dans le démantèlement, en 2016, d’un réseau qui tentait de recruter des jeunes pour le jihadisme à Kilwin, une banlieue de Ouagadougou, a-t-elle poursuivi.

Longtemps épargné par les groupes armés actifs au Sahel, le Burkina Faso, l’un des pays les plus pauvres au monde, est confronté depuis 2015 à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières.

Ouagadougou a été visée depuis cette date par trois attaques jihadistes qui ont fait au total près de 60 morts.

Maïza Sérémé a également souligné un “lien entre les occupants de la villa et les assaillants des attaques terroristes du 2 mars 2018”, contre l’état-major général des armées et l’ambassade de France à Ouagadougou et qui ont fait 8 morts et 85 blessés.

“L’enquête révèle également un lien entre les occupants de la villa et les assaillants des attaques terroristes du 2 mars 2018. Ils appartiendraient tous au même groupe terroriste, en l’occurrence Al Mourabitoun, un des groupes terroristes composant le Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (Nusrat al-Islam Wal-Muslim).” À ajouté la procureure.

L’enquête a révélé que “l’une des plaques d’immatriculation trouvées dans la villa est celle du vélomoteur utilisé dans l’attaque de l’état-major général. Une autre plaque saisie renvoie à un véhicule aux caractéristiques identiques à celui de marque Nissan Almera qui a explosé au sein de l’état-major”, a souligné la procureure.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 12:30 Zimbabwe : au moins 42 morts dans l'incendie d'un bus