Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Centrafrique : un ballet pour retrouver l'unité nationale


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 6 Mars 2018 || 45 partages || 0 commentaires

Basées sur des considérations ethniques et religieuses, les violences entre milices ont un impact tel que la République Centrafricaine semble avoir perdu sa légendaire ancienne unité nationale. Et le Ballet national créé à la fin des années 1960 par l’ex-président Jean-Bedel Bokassa se veut un instrument de restauration de cette unité nationale. Reportage.

Le son des percussions jaillit d’une ruelle en latérite asséchée par l‘écrasant soleil de Bangui : quelques badauds s’arrêtent, attirés par le rythme entrainant de musiciens du Ballet national de la République Centrafricaine (RCA).

Ici, pas, d’ethnie ni de religion et la guerre qui ravage ce pays, semble bien lointaine. Dans le centre-ville de Bangui, la passion commune des cultures centrafricaines réunit chaque lundi et jeudi après-midi une trentaine d’artistes professionnels, danseurs et musiciens.

“C’est pour tous les Centrafricains, même si c’est un chrétien, même si c’est un musulman”, s’enthousiasme Kevin Bemon, 37 ans, directeur technique de la troupe, tout en enfilant son costume d’apparat. Même un étranger, “on peut le former et ça nous plaît”, dit-il.

Oublier les galères et les milices

Le discours est surprenant tant les antagonismes sont forts entre les différentes communautés centrafricaines depuis le début de la crise en 2013.

À côté de lui, les musiciens-danseurs abandonnent leur tenue de ville pour revêtir des tenues traditionnelles faites de couronnes de plumes, de perles ou de coquillages, de peaux de bêtes, de jupes de poils.

Puis la troupe s‘élance, suivant d’un pas chaloupé les variations polyphoniques des cornes de linga, une essence de bois présente en Centrafrique.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 23 Septembre 2018 - 14:01 Ferry chaviré: la Tanzanie enterre ses morts