Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Ces trois raisons qui font que la famille de Lamine Diack est, particulièrement, remontée contre Macky Sall et ses hommes de la seconde alternance


La famille de l’ancien Président de la Fédération de l’Athlétisme a fini de faire l’apprentissage de la déception avec le Président de la République, Macky Sall, et son régime.

Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 25 Décembre 2017 || 119 partages || 1 commentaires

En effet, selon des sources de Actusen.com, «Diack Family» étouffe de rage contre le fait que, depuis que Lamine Diack a eu maille à pâtir avec la Justice française, aucune autorité consulaire n’ait daigné lui rendre visite. Ne serait-ce que pour lui manifester un brin de soutien ou de solidarité, dans l’épreuve qu’il traverse.

L’autre raison de la colère de Diack-Family : Le régime de Macky Sall, tout miel avec Gadio et tout indifférent vis-à-vis du Président Lamine

Selon toujours les sources de Actusen.com, si la famille de Diack est plus que déçue par le manque d’intérêt des tenants du pouvoir, c’est parce que, dit-elle, non seulement le régime en place s’est montré volubile et expansif quant à son soutien à l’ancien ministre des Affaires étrangères.

Mais aussi, l’Ambassadeur du Sénégal a pris à bras le corps l’affaire Gadio. Mieux, on se souvient du ministre des Affaires étrangères, Me Sidiki Kaba, qui, au lendemain de l’interpellation de l’ex-patron de la Diplomatie sénégalaise, déclarait sur RFI, «l’arrestation de Cheikh Tidiane Gadio a été un coup de tonnerre, ici, au Sénégal.

Conformément, à la tradition diplomatique du Sénégal, l’assistance est toujours donnée aux citoyens Sénégalais, qui sont en difficulté. Donc, l’Ambassadeur aux États-Unis travaille pour qu’il y ait une protection diplomatique. Mais sans doute qu’il s’est procuré des avocats pour assurer sa propre défense».

Ce que Me Sidiki Kaba disait, récemment, sur le cas Gadio

Mieux, à l’époque, Me Sidiki Kaba en rajoutait cette couche : «au-delà de ce coup de tonnerre, ce qu’il faut retenir, en attendant son prochain jugement que nous souhaitons équitable, c’est qu’il reste encore sous le couvert de la présomption d’innocence».

Alors, la famille de Lamine Diack ne comprend pas qu’envers ses deux fils, l’Etat du Sénégal puisse faire montre, dit-elle, de deux poids deux mesures.

Mais ce n’est pas seulement, cette non-assistance à l’ancien Président de la Fédération internationale d’athlétisme qui ulcère les Diack. Dans la mesure où plusieurs correspondances ont été adressées au Chef de l’Etat, pour obtenir une audience. Mais ils n’ont pas été loin de pédaler dans le vide. Car aucune suite n’a été accordée à ces multiples demandes d’audience.

La famille dit avoir sollicité, via moult correspondances, des demandes d’audiences restées vaines

Outre le Pouvoir «marron-beige», la famille de Lamine Diack ne comprend pas que les opposants d’hier sous le défunt régime de Me Abdoulaye Wade aient presque rangé dans les tiroirs de l’oubli l’ancien maire de Dakar. «Alors que bon nombreux d’entre eux, qui le vénéraient, faisaient la cour à Lamine Diack.

Aujourd’hui, ni les alliés de Macky Sall au sein de «Benno Bokk Yakaar», ni les anciens membres de la Société civile, qui faisaient face au régime libéral d’alors, ne se rappellent plus le Président Lamine Diack», glisse-t-on à Actusen.com.

Pour ceux qui ne le savent pas, l’ancien président de l’IAAF est soupçonné par la justice française d’avoir fermé les yeux sur des cas de dopage d’athlètes russes, notamment, en échange d’argent.

Lamine Diack a été mis en examen depuis le 1er novembre 2015 en France pour corruption et blanchiment aggravé. Son fils Massata Diack, quant à lui, reste cloué dans les frontières sénégalaises et ne peut plus prendre l’avion et faire le tour du monde. Sous peine d’être alpagué.

Cependant, il urge de préciser que, lorsque la justice française avait souhaité que Dakar lui remet Diack-fils, la capitale sénégalaise avait opposé un niet catégorique. Prétextant de ne jamais extrader ses enfants.



Actusen

Dakarflash6




1.Posté par bocar le 25/12/2017 15:40
comparé ce qui est comparable et que vous de la presse essaye de cesser d'ouvrir a travers vos écrits des débat sans fondement s .dite aux sénégalais seul le travail paie et le pouvoir appartient a dieu il le donne a qui il veut et le retire quand il le veut c pour dire a la classe politique et ceux qui vivent que de la politique . une fois les élections terminées foute nous le camps et revenir une fois que les mandats arrivent a terme.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Janvier 2018 - 14:12 Abdou Mbow : « Sonko a tout faux »…