Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Cri de coeur : Serena Williams dénonce la discrimination raciale et adresse des mots touchants à la communauté noire des Etats-Unis !


Serena Williams, la championne de tennis dénonce l’écart salarial qu’on a l’habitude de voir entre les femmes noires et les blanches.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 10 Août 2017 || 359 partages || 0 commentaires

Cri de coeur : Serena Williams dénonce la discrimination raciale et adresse des mots touchants à la communauté noire des Etats-Unis !

 En général, ces dernières ont généralement un salaire plus élevé. 
A l’occasion de la journée du salaire équitable pour les femmes célébrée ce 31 juillet, elle dénonce cet écart de 17 % concernant les postes.  Le pire dans tout ça, c’est que cet écart atteint les 37 % si on compare le salaire d’un homme blanc à celui d’un noir. 
Dans son message, Serena Williams affirme : «L‘inégalité salariale existe depuis trop longtemps, sans aucune conséquence.

 

 Et la pauvreté, la discrimination et le sexisme sont plus durs à combattre que de gagner le Grand Chelem.  Même si elles sont titulaires d’un diplôme d’études supérieures, les femmes noires seront moins bien payées que les autres, peu importe leur échelon.  (…) C’est aussi vrai dans les centres urbains que dans Silicon Valley».  Et même si elle affirme être privilégiée, elle reconnaît qu’elle ferait partie de ces 24 millions de femmes.


Elle raconte également son histoire dans cette tribune.  «En grandissant, on m’a dit que je ne pourrais accomplir mes rêves parce que je suis une femme, et qu’en plus je suis noire.  «Mes collègues m’ont manqué de respect et j’ai été sujette à des remarques racistes sur le court de tennis, et également en dehors», avant d’ajouter «Ces injustices blessent encore». 
« Changer le statu quo va mener à des actions, des lois, une reconnaissance de l’employeur et encourager les employées à en demander plus ».
 

 En ces mots, la championne de 35 ans invite toutes les femmes noires à combattre cet état de fait.  «N‘ayez pas peur et osez demander un salaire équitable.  Chaque fois que vous le faites, c’est un pas en avant pour toutes les femmes ».  Elle finit par rappeler que : « Il faut du temps pour le réaliser, et il m’en a fallu, mais nous le méritons.

 

 Je me suis longtemps répété « il faut croire en toi-même quand personne d’autre ne le fait ».  Récupérons nos 37 centimes».  





Nouveau commentaire :