Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Dans un pays où les jeunes ont du travail, les plages sont normalement pleines que les week-ends.


Chaque soir,en m’y rendant pour faire un peu d’exercice physique , j’ai le coeur meurtri en voyant que je n’étais pas la seule victime d’un système qui n’a ni considération ni solutions pour sa jeunesse.

Rédigé par DakarFlash.com, le Samedi 24 Mars 2018 || 120 partages || 1 commentaires

L’actualité sénégalaise : seul les tenants du pouvoir et soi-disants opposants sont ni en crise ni en grève.
Qui peut me donner un exemple de secteur qui marche comme sur des roulettes au Sénégal?
A mon avis , Je n’en vois pas.Cela veut tout simplement dire que l’orientation politique 2012 2019 est mauvaise.
Devrons nous accepter de continuer à vivre ce calvaire en perpétuel croissance pour encore cinq années de plus ?
C’est l’heure où vraiment les vrais patriotes doivent se lever pour éclairer la lanterne des sénégalais.
Si la politique au Sénégal c’est l’art de tromper le peuple et profiter des intérêts communs, alors je ne suis pas un politicien.Seul le pouvoir de Dieu est éternel . Pourquoi,tant de temps ,et de difficultés pour développer un si petit pays comme le Sénégal depuis “l’indépendance” ? Nous avons pourtant tout pour émerger naturellement .Le pays a de l’espace, des terres arables, des ressources minières et naturelles, un climat stable, la mer, le fleuve,une dividende démographique,une jeunesse intellectuelle experte et gorgorlu (débrouillard ).



Mais,c’est aussi très regrettable de constater que nous ne bénéficions pas de notre secteur primaire et que les plus gros morceaux du secondaire et du tertiaire sont gérés par des étrangers de surcroît,tous les grands projets.
C’est ça en réalité la situation actuelle, inconstable et indéniable du Sénégal .
Pour tout cela, je me sens comme un locataire dans mon propre pays.
J’avais proposé, il y a plusieurs mois, de remplacer le Plan Sénégal émergent par le programme de développement accéléré des priorités (PRODAP).Ce programme sera en quelque sorte notre débarquement de Normandie.
Une technique très réussi de Dwight David EISENHOWER qui,durant la seconde guerre mondiale ,sachant, ne disposant pas suffisant d’hommes pour attaquer huit (8) zones à la fois, avait préféré concentrer toutes ses forces en Normandie(le débarquement de Normandie ) pour gagner la guerre.Et si le Programme de développement accéléré des priorités (PRODAP ) était notre Normandie ? c’est-à-dire concentrer toutes nos ressources sur uniquement les priorités pendant au moins quelques temps.Le PSE n’est certes pas totalement mauvais,mais très compliqué et risque de trainer en longueur au moment où les urgences sont aux rouges.
Le PRODAP, est la version simplifiée qui pourra mettre dans les plus brefs délais, le pays sur les rampes de l’émergence.
– Il faut dire aux sénégalais que nous n’avançons pas d’une semelle.
-il faut leur dire que nous sommes un pays sous sous développé,exploité et qu’en termes d’indice de développement humain (Idh), nous faisons partie des 25 pays les plus pauvres au monde. Très loin même de l’émergence.
-Il faut dire au sénégalais que notre pays occupe la 13e place des pays producteurs d’or en Afrique. Mais les ayant droits ne voient ni l’or ni l’argent de l’or. Pourtant, chaque année des tonnes d’or à l’état brut sont exportées
-Il faut dire que la dette du Sénégal a dépassé la barre des 60 % et qu’on est très proche du plafond de l’UEMOA fixé à 70%. Cette dette mal orientée,pour des dépenses de prestige, ne se reflètera pas sur notre niveau de vie. A la place,on aura un déséquilibre,une inégalité,des disparités. C’est malheureusement nous les contribuables sénégalais qui payerons tout, jusqu’au dernier centime.
Comment peut-on parler de Plan Sénégal Émergent en commençant par construire une nouvelle ville alors que la capitale souffre déjà de tous les maux ? Manque d’eau, d’électricité,mauvais cadre de vie, l’insécurité, l’insalubrité et l’incivisme entres autres.Comment peut-on parler d’émergence au moment où le socle de notre économie est entre les mains des étrangers ?( Communication,eau, ressources minières,port, aéroport…)
Comment peut-on être émergent si nos ressources sont dilapidées et pillées par nos dirigeants ?
comment peut-on être émergent si notre dividende démographique n’est pas exploitée?
Comment peut-on parler d’émergence avec un taux de chômage inquiétant qui augmente de jour en jour ?
Comment peut-on parler d’émergence avec le nombre inquiétant de migrants ?
33 393 migrants Africains selon le rapport du journal Almand Der tag Spiegel( le miroir du jour).
Malgré nos dirigeants très « fêlés» préfèrent enjamber tous ces problèmes pour construire une nouvelle ville au moment où les régions agonisent. ILA Touba alors que l’axe thiés Touba est dans un état de délabrement très avancé de surcroît l’étroitesse de la route.


Le plan Sénégal émergent?
Évidemment,un sénégalais comme moi qui n’a jamais voyagé peut ignorer ce que cela veut véritablement dire: Emergence. Je vous conseille d’aller voir sur Google ou sur youtube vous verrez que les pays émergents sont industrialisés.
La nouvelle ville de Ndiamniadio ne sera rien d’autre qu’une extension des problèmes de Dakar.
Je serais beaucoup plus à l’aise si diamniadio était un pôle industriel.
Tous les milliards dépensés à Diamniadio pouvaient servir à moderniser plusieurs villes, Booster l’éducation, la santé, construire des usines comme.par exemple à NGAYE où il y a déjà la main d’oeuvre et l’expertise,Investir massivement sur la modernisation de l’agriculture,assurer la distribution de l’eau et améliorer sa qualité qui reste à désirer malgré sa privatisation (SDE) et enfin l’éclairage de tous les lieux d’habitation du Sénégal.
Monsieur le Président,vous pensez vraiment que nous avons besoin d’un troisième palais qui nous coûtera cent milliards(100) alors que nous n’ avons pas fini de pleurer le TER qui nous coûtéra sans doute mille deux cent milliards pour moins de quarante (40) kilomètres ?


En ce moment,le monde rural souffre et une faim est en vue.
Présentement, on crée des charges plus que des produits.
L’émergence ne se décrète pas, Il faut travailler la base.
Monsieur le Président de la République du Sénégal, La guerre socio-politique sénégalaise doit connaître Monsieur le Président​, une détente, appuyez sur le bouton pause.
En s’engageant sur plusieurs fronts et ouvrir par la même plusieurs brèches​, un coup Fatal peut vous prendre au dépourvu.En 2012, je pensais très sincèrement que votre gouvernance serait la plus facile de toutes. Pour plusieurs raisons.La première est que vous étiez aimé, le chouchou des Sénégalais car étant jeune et porteur d’espoir.
La deuxième est que votre prédécesseur avait tracé le chemin et Il suffisait juste de terminer les chantiers et de travailler pour la baisse du coût trop élevé de la vie sans tambour ni trompette.


Malheureusement,les Sénégalais qualifient votre quinquennat de cucul de surcroît, votre collaboration avec des politiciens ringards, d’avant l’indépendance,usés jusqu’à la corde. C’est vraiment sans queue ni tête. On a juste l’impression que vos mains sont liées. Que vous n’agissez pas librement.


Il me semble Monsieur le Président que vous ignorez tous les problèmes que les Sénégalais confrontent dans leur vie de tous les jours. D’énormes difficultés pour manger ,pour trouver un emploi mais aussi et surtout pour se loger et assurer les charges locatives….


Monsieur le Président, si à tout cela, vient s’ajouter une guerre au quotidien entre le pouvoir et l’ opposition, une guerre au quotidien entre le pouvoir et les étudiants qui n’ont plus d’espoir, une guerre au quotidien entre le pouvoir et les syndicats enseignants, une guerre au quotidien entre le pouvoir et les mouvements citoyens , et une guerre au quotidien même au sein de votre parti(guerre de positionnement), et bien monsieur le Président, j’ai bien peur que ça soit bientôt la fin pour vous.
Les Sénégalais sont fatigués et frustrés. Le plan Sénégal émergent est mal orienté .
Monsieur le Président, j’ai peur. Détendez la corde. Soyez attentif aux alertes.
Ça avait commencé comme ça avec Wade.


Vous aviez dit à Paris qu’on ne pouvait pas arrêter la mer avec ses bras.
Monsieur le Président, la mer c’est le peuple et le peuple à le dernier mot. .
Cheikh TRAORÉ
Sénégal moma mome


Dakarflash6




1.Posté par mousseul le 26/03/2018 23:58
Nos Gouvernants sont sourds, muets et borgnes. L'autre oeil est fixé sur les deniers publics à puiser en continu. C'est le triste constat depuis 1960.
Le 24 février 2019, le peuple décidera de son sort souverain.

Nouveau commentaire :