Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Des passagers de Brussels Airlines bloqués en Gambie dans des conditions déplorables depuis lundi


Après un incident technique sur le vol Dakar-Bruxelles de Brussels Airlines ce lundi 16 septembre, 300 passagers se sont retrouvés bloqués à Banjul, en Gambie, dans des conditions inacceptables et sans aucune communication de la compagnie, nous explique un lecteur. Selon lui, une mère avec deux enfants en bas âge et un étudiant blessé au bras sont toujours coincés sur place avec 48 autres passagers aujourd’hui. Du côté de Brussels Airlines, c’est silence radio.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 19 Septembre 2019 || 113 partages || 0 commentaires

 

Serge attendait le retour de sa sœur, installée dans le sud du Sénégal, mardi matin. Celle-ci devait passer trois semaines en Belgique pour des examens médicaux et pour voir sa famille, mais le vol vers Bruxelles ne s’est pas déroulé comme prévu. En compagnie de 300 autres passagers, elle s’est retrouvée coincée à Banjul, en Gambie, lors d’une escale lundi soir. Tout a commencé lorsque l’avion affrété par Brussels Airlines (SN0204), qui devait faire l’aller-retour Bruxelles-Dakar via Banjul, a connu un problème technique à Dakar. L’appareil a nécessité une réparation sur place, puis a redécollé vers Banjul pour la halte prévue: débarquer des passagers et en embarquer d’autres avant de repartir pour Bruxelles.

Des étincelles

Mais une fois à Banjul, un passager alerte le personnel de cabine: il aurait remarqué des “étincelles à l’extérieur de l’avion”, nous explique le frère de la Belge de 46 ans bloquée sur place. Certains parlent de fumée, ou en tout cas d'une “odeur de brûlé”, mais les passagers, toujours dans l’avion, ne reçoivent aucune communication. “Des sprays anti-moustiques sont utilisés pour masquer l’odeur”, croient savoir certains passagers. Finalement, décision est prise de clouer l’appareil au sol. Les passagers débarquent tous à Banjul lundi soir.

“Un verre d’eau par repas” par 40 degrés

Il leur a fallu se battre pour être finalement logés dans un hôtel à l’hygiène douteuse, où on leur sert depuis des “repas minimalistes et une demi-bouteille d’eau par jour” et ce malgré la chaleur ambiante (40 degrés). Les employés de l’hôtel leur auraient même précisé que les “deux tartines servies quotidiennement font suite aux directives de la compagnie”, tandis que l’eau prévue par celle-ci “est en réalité d’un verre par repas”. Les passagers en provenance de Dakar doivent donc payer eux-mêmes leurs boissons et tous n’ont pas forcément les liquidités nécessaires en monnaie locale. Plusieurs ne parlent même pas anglais, ce qui rend la communication difficile en Gambie. Les passagers sont de surcroît priés d’attendre à l’aéroport toute la journée qu’on se décide enfin à les faire embarquer dans le premier vol possible... qui ne vient pas. 


DakarFlash3



Nouveau commentaire :