Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Dr Jean Laurent Kaly, membre de la CCR – Macky a beaucoup d’ambitions pour développer la Casamance


Membre de la CCR Nationale et Président du Comité d’initiative de la CCR départementale de Ziguinchor, Dr Jean Laurent Kaly milite dans le quartier de Tiléne à Ziguinchor. Dans cet entretien accordé à Igfm, il est revenu sur le bilan de Macky Sall en Casamance. Entretien….
On attend parler de la Ccr nationale, cependant, on n’a jamais entendu les cadres de l’Apr de la Casamance communiquer sur le développement de leur terroir ?

Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 24 Juillet 2017 || 428 partages || 0 commentaires

Dr Jean Laurent Kaly, membre de la CCR – Macky a beaucoup d’ambitions pour développer la Casamance
 

La CCR est l’organe des Cadres de l’Apr dans toutes les régions et départements. Il y a une entité nationale, la Convergence des cadres républicains dirigée par un bureau de 25 membres, le CEN. En Casamance, je ne pourrai donner que quelques indications : Ziguinchor a un comité d’initiative  (c’est moi son président). Bignona en dispose (Mamina Camara), Sédhiou (Chérif Cissé et Bounkiling (Mamadou Daïté) également. Nous avions proposé des gens à Oussouye et Goudomp, mais jusqu’à présent nous n’avons aucune information.

En Casamance, nous posons beaucoup de revendications, mais nous ne faisons jamais le point sur les réalisations de l’Etat, surtout depuis que l’APR est aux commandes. En toute humilité, sincèrement,  c’est par faute de moyens et la distance qui nous dessert.

Cependant, c’est une injonction que  le Président de la République a faite à la CCR nationale, « d’aller voir ce qui se passe sur le terrain, de s’imprégner des réalités du monde rural, par des descentes régulières sur le terrain ». C’est pourquoi depuis un certain temps, la CCR nationale accompagne le Président dans ses tournées économiques. Pour Ziguinchor, il y a quelque chose en perspective, dès que nous aurons un bailleur.

Quel bilan faites-vous de l’action du chef de l’Etat, dans la partie méridionale du pays ?

Comme vous le savez, le Président de la République dans son programme politique le Yonnou Yokouté avait proposé un développement ancré dans les territoires. La mise en œuvre  est marquée d’abord par une planification participative à travers les Conseils des Ministres délocalisés, qui est une des bases opérationnelles de la Gestion Axée sur les Résultats (GAR). Il faut peut être rappelé que le Plan Sénégal Emergent (PSE) semble être une éclosion du Programme Yonnou Yokoute. Il  est articulé autour des résultats des Conseils de ministres délocalisés dans un souci de développement territorial harmonieux et cohérant et il est soutenu par l’Acte III de la décentralisation, dans sa vision de territorialisation des politiques publiques.

Au cours de cette planification participative (Conseils des Ministres délocalisés), chaque région a déclinée ses priorités de développement de manière consensuelle. C’est ainsi que pour Ziguinchor le montant retenu est de 360 820 milliards de Fcfa, Sédhiou, 130 000 milliards, Kolda 204 519 milliards et Kédougou 109 209 milliards de fcfa,. Ainsi, le montant total pour la partie méridionale est de 1104 548 milliards de Fcfa, soit 34,65% du volume total des investissements retenus des conseils de ministres délocalisés. A ce jour, 452 213 milliards ont été exécuté, soit 40,94%. Ces chiffres reflètent  les réalisations par région que nous vous invitons à constater, ci-dessous.

A la suite de ce bilan des chiffres, allons vers le bilan des réalisations du Présidents de l’APR dans les régions méridionales du Sénégal.

 Cette région a bénéficiée d’un montant 360 820 milliards de Fcfa, lors de son Conseil des Ministres Délocalisé (CMD) du 27 juin 2012. Déjà, 261 269 milliards Fcfa ont été exécutés soit 72% du montant global. Une bonne partie de ce montant est orienté vers le désenclavement et la création de richesses, comme vous le verrez dans ce qui va suivre.

C’est une préoccupation de tous les Sénégalais que de rapprocher au mieux la partie méridionale du pays au reste du Sénégal, dont elle est séparer par l’enclave gambienne. A ce titre, le Président de l’APR, Président de la République, à mis en œuvre en priorité un vaste programme de désenclavement (maritime, terrestre et aérien).

Au niveau maritime, c’est trois bateaux (Aline Sitoé Diatta, Aguène et Diambogne), pour le transport des passagers et des marchandises et un bateau de fret, le Diogué. D’un prix de gestion commerciale d’environ 12 000Fcfa par voyage, le Président de la République a accordé une subvention pour que le prix de l’exploitation soit de 5000 fcfa par voyage, pour la catégorie économique.

D’une profondeur d’environ 3m, le fleuve Casamance a été dragué jusqu’à une profondeur de 7,5m, offrant une plus grande capacité d’accueil aux bateaux d’un plus grand tirant d’eau. En plus avec cette profondeur, on peut entrer et sortir du fleuve Casamance à n’importe quel moment de la marée. Le balisage est fait de l’embouchure à Ziguinchor, en vue de renforcer la navigabilité du fleuve. Il y a aussi la mise aux normes de sécurité et de sureté du port de Ziguinchor. De même, il est prévu une extension du port de commerce de Ziguinchor.

En sus, les infrastructures d’accueil et d’accostage à Carabane, un quai et un entrepôt frigorifique à Boudody (Ziguinchor), il s’agit là de la construction du port pêche. Un programme de facilitation des déplacements dans les îles et en cours de réalisation avec de nouvelles embarcations de transport de personne et de marchandises, des pontons et des quais d’accostage pour les pirogues. A cela, il faut ajouter les cuves de stockage de carburant au port et à l’aéroport.

Dans le domaine des infrastructures, le Pont de katakalousse, la route Ziguinchor – Kolda (MCA), la Boucle du Blouf (Thionckessyl – Balingor), la route Oussouye – Moulomp – Elinkine, la route du Cap Skiring, ont été réhabilitées.  A cela s’ajoute la réalisation en cours de l’aire de transformation de Kafountine. Dans les domaines de la Santé, de l’Energie, du Sport et de l’Education, le chef de l’Etat, Macky Sall a consenti beaucoup d’efforts.

Pour la région de Sédhiou, située en moyenne Casamance, la priorité c’est le désenclavement et la création d’emploi. Actuellement c’est seulement 20% des 130 000 milliards Fcfa, qui sont exécutés en six mois, soit 25 810 milliards Fcfa.

En effet, le Conseil des Ministres Délocalisé (CMD) qui s’est tenu le 25 février 2015 a retenu de mettre l’accent dans cette région.

Sédhiou est une jeune région, elle a besoin de tout. C’est pourquoi, pour la gouvernance locale, il faut mettre l’accent sur les infrastructures sociales de base (électricité, santé, nutrition éducation, etc.). il s’agit d’inscrire Sédhiou dans une nouvelle dynamique de développement en parfaite cohérence avec le PSE.

Ici, dans le cadre du désenclavement, le pont de Marsassoum a été construit, la R22 – R21, allant de Médina Wandifa à la ville de Sédhiou a été réhabilitée, la  boucle du Boudié (Sédhiou – Marsassoum – Sansamba a été bitumée. Sans oublier, la réhabilitation et l’aménagement de 5139 ha de vallées anciennes et l’aménagement de 4000 ha de nouvelles vallées en amont de du barrage de Diocounda. Egalement, la fourniture de 10 tracteurs, 100 motoculteurs, 50 batteuses à céréales et 30 décortiqueuses aux producteurs.

Concernant l’agrobusiness privilégiés, les domaines agricoles communautaires (DAC) de Séfa et les interventions du PAPEJ, sont une véritable réussite.

S’agissant de la région de Kolda, le gouvernement a mis l’accent sur deux cibles principales. Il s’agit du secteur agricole et de celui des infrastructures. Environ 70% du montants des 204,519 milliards de Fcfa annoncé par le Conseil des Ministres délocalisé a été exécuté, soit  143,830 milliards. La et relèvement du plateau technique de l’hôpital régional de Kolda, avec aussi un service de cardiologie.

Quels sont les agrégats du progrès ?

Le taux de croissance moyen de l’économie passe sur la période 2013-2015, de 4,8% à un niveau de 6,5% en 2015 et 6,7% en 2016 ; Amélioration des finances publiques : Le gouvernement poursuit son engagement de réduire le déficit budgétaire, lequel est ressorti à 4,8% en 2015 et contre 5,5% en 2013 ; Maîtrise de l’inflation : Elle est très basse sous la période sous- revue. Elle est marquée une contraction des cours des principales matières premières ; Réduction du déficit du compte courant : Elle est considérablement atténuée et à été estimée à 7,6% en 2015 ; Incidence de la pauvreté : Elle ne devrait pas dépasser les 40% en 2015- 2016, à la faveur de la bonne tenue de l’activité économique, notamment dans le secteur agricole qui a connu une hausse de près de 32% en 2015.

La bourse de sécurité familiale et la couverture maladie universelle (CMU) ont largement contribué à la lutte contre la pauvreté et à l’amélioration des conditions de vie des populations, singulièrement dans le monde rural. Sur le plan social, il y a la Cmu et les bourses sociales qui sont devenus de véritables prouesses de réussite dans la partie méridionale du pays.

Le Président Macky Sall offre là aux citoyens de la partie sud du pays et aux Sénégalais épris d’une croissance basée sur un développement économique soutenu et articulé sur des fondements durables, un cadre cohérant d’une émergence réelle.

Si c’est seulement l’objectivité et le réalisme qui vont prévaloir pour le choix du bulletin de vote, voilà une situation en faits et chiffres, qui justifient amplement de voter pour la coalition Benno Bokk Yaakaar (Bby).
IGFM





Nouveau commentaire :