Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Escroquerie : Comment le sieur Sekou Touré a dérobé la somme de 3.700.000 Fcfa à Chérif Assane Sané


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 11 Octobre 2017 || 241 partages || 0 commentaires

Domicilié à Fass Mbao, Mouhamadou Sékou Touré a comparu ce mercredi devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Il a été arrêté et placé sous mandat de dépôt depuis le 20 septembre dernier pour les faits d’escroquerie portant sur 3 millions 700.000 FCFA et de coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail d’une durée de 5 jours respectivement au préjudice de Chérif Assane Sané et de Samba Dieng. Ainsi, le substitut du procureur a requis la peine d’un an de prison contre lui malgré que Mouhamadou Sékou Touré ait réfuté les accusations portées à son encontre.
 

En effet, au cours des débats d’audience, le prévenu et la partie civile ont servi des déclarations contradictoires. Lesquelles méritent les interrogations du maître des poursuites : « Comment une personne avertie peut verser des sommes sans pour autant faire un document attestant de ces versements? ».

Par contre, d’après le parquet, « le délit d’escroquerie est consommé« . De plus, indique-t-il, le témoin Serigne Souhaibou Mbacke Sy, qui a mis en rapport les deux parties a été en cabale avant d’être appréhendé grâce au plaignant.

« Il veut nous faire croire que c’était une dette.  Ce qui est faux.  Il a usé de manœuvres pour tromper la partie civile. Il s’y ajoute que le prévenu a avoué, durant l’enquête, avoir attaqué un certain Samba Dieng en le giflant et en cassant une bouteille pour le poignarder parce qu’il l’avait dénoncé« , a renseigné le maître des poursuites.

Avocat du sieur Touré, Me Babacar Ndiaye a réclamé la somme de 2,500 millions en guise de remboursement. Là où son confrère de la partie civile a soutenu qu’il a invité l’autre partie à trouver ensemble une solution à l’amiable.

Auparavant, Cherif Assane Sagna, habitant à Ouest Foire, a expliqué avoir remis la somme de 3,700 millions de FCFA à Mouhamadou Sékou Touré par le biais de son beau-frère. « Il m’a remis la photocopie de sa carte d’identité nationale ainsi que sa carte grise avec une décharge sur laquelle il est mentionné qu’il allait me vendre une voiture de marque Citroën C3. Toutefois, je lui ai également accordé un prêt de 350 mille FCFA. C’était différent des montants que je lui ai donnés pour l’achat du véhicule’’, a-t-il déclaré.

Ce que le commerçant, Mouhamadou Sékou Touré a nié avec véhémence. Selon lui, les propos de son accusateur sont fallacieux. ‘’C’est vrai qu’il m’a prêté de l’argent et je lui dois uniquement 3, 500 millions de FCFA. Je ne lui ai jamais parlé de véhicule qui se trouve au Crédit Foncier’’, a-t-il soutenu pour se décharger des accusations portées contre lui.

Avant de poursuivre : « J’ai été interpellé à Diamniadio où je suis allé pour faire part à ma mère de mes soucis financiers. Sur ce, les agents enquêteurs m’ont notifié que j’étais recherché car cité dans une affaire d’escroquerie. J’étais surpris« . Quid des coups de blessures volontaires sur Samba Dieng ? le prévenu dit : ‘’Devant les limiers, j’ai arraché son téléphone portable avant de lui donner un coup à la figure. Rien de plus’’.

Appelé à titre de témoin à la barre, le sieur Dieng a maintenu ses affirmations depuis l’enquête. Il a indiqué qu’un jour Chérif Sané lui a dit qu’il voulait une voiture. C’est ainsi qu’il lui a mis en relation avec Mouhamadou Touré.

A l’entame de leurs plaidoiries, les conseils de la défense ont demandé la relaxe au bénéfice du doute à titre principal ou une application bienveillante de la loi pénale, à titre subsidiaire pour le délit d’escroquerie non sans plaider non coupable pour les coups et blessures volontaires. Pour Mes Abdoulaye Tall et Bruce Sylva, il y a un « malentendu » dans ce dossier.

« Les faits ne se sont pas déroulés comme narrés par la partie civile et le témoin. Toute l’histoire se fondait sur la confiance. A preuve, c’est Chérif Assane Sané qui a rédigé la décharge. On demande un an d’emprisonnement alors qu’on a aucun fondement sur les remises. L’infraction n’étant pas articulée vu que les manœuvres frauduleuses ne sont pas caractérisées« , a souligné Me Sylva.

Le tribunal va rendre sa décision sur cette affaire, demain.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :