Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Éthiopie : Les autorités arrêtent à nouveau des anciens prisonniers politiques


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 26 Mars 2018 || 45 partages || 0 commentaires

 

Le gouvernement éthiopien critiqué par les militants des droits de l’homme et de la liberté de la presse, après avoir arrêté à nouveau des blogueurs et des leaders de l’opposition qu’il avait libéré quelques semaines auparavant.

Andualem Aragie, chef du parti de l’opposition éthiopienne UDJ, les journalistes Eskinder Nega et Temesgen Desalegn, les blogueurs Befeqadu Hailu et Zelalem Workagegnehu ont été arrêtés dimanche lors d’une cérémonie organisée en l’honneur des prisonniers politiques récemment libérés.

L‘Éthiopie a déjà libéré plus de 6 000 prisonniers depuis janvier, y compris des journalistes de renom et des dirigeants de l’opposition.

Décrétant la campagne de libération des prisonniers politiques, l’ancien Premier ministre Hailemariam Desalegn a déclaré que elles avaient pour but d’accroître «l’espace politique » en Éthiopie à la suite des manifestations antigouvernementales qui ont débuté en 2015.

Desalegn a depuis démissionné et l‘état d’urgence a été imposé dans le pays, malgré les protestations provocatrices de l’opposition dans les régions d’Oromiya et d’Amhara.

Zehabesha, agence de presse éthiopienne basée aux États-Unis, a rapporté que la police accusait les dirigeants de l’opposition réunis à l’invitation d’Andualem Aragie, d’utiliser le drapeau éthiopien qui ne dispose pas du nouveau disque bleu de l’EPRDF au milieu.

Les partis de l’opposition ont exprimé à plusieurs reprises leur mécontentement fquant à ce nouveau drapeau, arguant que le disque bleu de l’EPRDF symbolise la division ethnique.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Septembre 2018 - 13:17 L'UE saisit la justice contre la Pologne

Lundi 24 Septembre 2018 - 11:21 Rohingyas: l'ONU "n'a pas le droit d'interférer"