Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Francken: "Il faut réinstaurer les refoulements de migrants en Méditerranée"


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 5 Juin 2018 || 62 partages || 0 commentaires

Francken: "Il faut réinstaurer les refoulements de migrants en Méditerranée"
"Il n'y a pas de base suffisante pour poursuivre la discussion sur la réforme de Dublin. Plusieurs pays ont exprimé des réticences importantes" lors du Conseil, a expliqué M. Francken à quelques journalistes.

L'Italie, dont le nouveau gouvernement est ouvertement anti-immigration, s'est notamment exprimée avec force contre le texte de compromis posé sur la table par la présidence bulgare du Conseil de l'UE. L'Allemagne, les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie), ou encore ceux du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, Slovaquie et République tchèque) se sont aussi opposés au texte dans l'état.

L'afflux soudain et massif de migrants en 2015 avait révélé crûment les failles du système de Dublin, qui faisait peser une pression démesurée sur les pays de "première entrée", en particulier l'Italie et la Grèce.

Répartition équitable
En 2016, la Commission a dès lors proposé de réformer en profondeur ce règlement. En situation de crise, elle suggérait entre autres de rendre les répartitions de réfugiés obligatoires pour tous les États membres.

Malgré de nombreuses modifications du texte initial de l'exécutif européen, les 28 semblent encore loin d'un compromis. Outre l'opposition des pays de Visegrad - Hongrie, Slovaquie, Tchéquie et Pologne -, l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement prônant une politique anti-immigration en Italie risque de compliquer les choses.

L'équilibre entre les principes de solidarité et de responsabilité en matière d'accueil des réfugiés est au cœur des discussions entre les pays européens. 

Theo Francken: "La Belgique prête à trouver un compromis"
"Ce ne sera pas évident, mais la Belgique est prête à trouver un compromis", a commenté le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, Theo Francken, en prélude du Conseil. 

"Toutefois, comme je le dis toujours: l'Europe est une maison. Nous sommes occupés à discuter depuis trois ans pour savoir qui peut dormir dans quelle chambre, mais d'après moi nous devrions surtout savoir qui rentre par les portes avant et arrière", a-t-il poursuivi, en estimant que le débat européen ne se "focalisait pas sur l'essentiel".

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >