Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Gambie : chasse aux sorcières au sein du parti de Yahya Jammeh après sa conversation téléphonique


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 18 Juillet 2018 || 458 partages || 0 commentaires

 

L’ancien parti au pouvoir en Gambie a annoncé mardi “enquêter” sur la manière dont une conversation téléphonique entre plusieurs de ses responsables et l’ex-président Yahya Jammeh a fuité le week-end dernier sur les réseaux sociaux.

M. Jammeh, au pouvoir pendant 22 ans, ne s’est pas exprimé publiquement depuis son départ pour un exil doré en Guinée Équatoriale en janvier 2017.

Dans un enregistrement de 10 minutes extrait d’une conversation avec Yankuba Colley, un dirigeant de son parti APRC, on peut l’entendre dire : “Ce que je souhaite pour la Gambie se réalisera. J’ai déjà affirmé que les Gambiens ne sauront pas réellement qui je suis jusqu‘à ce que je quitte le pays”.

“Nous sommes en train d’enquêter sur la manière dont cet enregistrement a fuité”, a déclaré mardi le porte-parole de l’APRC, Dodou Jah.

Selon lui, des membres de l’ex-parti au pouvoir déplorent la diffusion de cette conversation datant de la fin juin, tandis que d’autres espèrent qu’elle mettra fin à des rumeurs indiquant que l’ancien président avait été victime d’une attaque cérébrale.

Jammeh se porte comme un charme

“L’enregistrement démontre que Jammeh est en bonne santé puisqu’on l’entend rire et plaisanter avec des membres de la direction de l’APRC”, a estimé le porte-parole.

Ancien militaire, Yahya Jammeh est parvenu au pouvoir par un putsch sans effusion de sang en 1994 dans cette ex-colonie britannique enclavée dans le Sénégal, à l’exception d’une étroite façade côtière.

Yahya Jammeh, dont les 22 ans au pouvoir ont été marqués par de nombreuses violations des droits humains, a perdu l‘élection présidentielle de décembre 2016 face à Adama Barrow, candidat de l’opposition.

Il a fini par quitter son pays en janvier 2017 pour la Guinée équatoriale à la suite d’une intervention militaire de la Cédéao, au terme d’une crise à rebondissements, provoquée par son refus de céder le pouvoir.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Septembre 2018 - 13:17 L'UE saisit la justice contre la Pologne

Lundi 24 Septembre 2018 - 11:21 Rohingyas: l'ONU "n'a pas le droit d'interférer"