Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Grève des enseignants : L’école publique en danger


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 24 Janvier 2018 || 41 partages || 0 commentaires

Grève des enseignants : L’école publique en danger

Victorieux aux élections à la représentativité syndicale, le Grand cadre des syndicats de l’enseignement (Gcse), qui regroupe les syndicats de l’enseignement et le Cusems, se sont radicalisés dans leur volonté de faire appliquer les accords signés avec le gouvernement. La centrale qui a décrété ce mercredi 24 janvier journée de grève totale a réuni ses différents leaders hier.

Souleymane  Diallo du Sels,  Abdou Faty du Sels A, Awa Wade de l’ Uden, Abdoulaye Ndoye du Cusems, Saourou Sène du Saems, Soniane du Snelas/Fc, les arabisants et l’inspecteur de l’éducation ont dit leur détermination à aller jusqu’au bout du combat qu’il mènent pour le respect des accords signés avec le gouvernement.

Lors de la rencontre d’évaluation de la plénière PM-syndicats représentatifs, ils ont décrété le mardi 23 janvier 2018, jour de débrayage  suivi d’une assemblée générale d’évaluation  et d’une conférence de presse des Secrétaire généraux à  la cité Soprim au siège du Cusems.

Ce mercredi 24 janvier, c’est la grève totale. pour démontrer que  la séance de négociations tenue entre le Grand cadre des syndicats de l’enseignement (Gcse), le Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen-secondaire (Cusems) et le gouvernement  représenté par le Premier Ministre, Mohamed Boun Abdallah Dionne, n’a pas répondu à leur attente. Les différents leaders syndicaux en question vont recueillir les avis de leurs militants pour suite. Malgré la radicalisation, les enseignants ne ferment pas la porte des négociations avec Mohammed Dionne qui devraient reprendre dans les prochains jours.  Pour rappel, sur les doléances, des directives primatoriales ont été données

Les blocages les plus ardus se notent au niveau de la question de l’indemnité de logement où il n’y a pas  d’accord entre les leaders syndicaux et le gouvernement,la non application du protocole d’accord signé avec le gouvernement en février 2014 est restée en travers de la gorge des enseignants qui  ont abandonné leur plan d’action l’année dernière à la suite de l’intervention des chefs religieux.

 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :