Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Guy Marius Sagna au Directeur de Rebeuss: «vos agents m’ont déshabillé, m’ont gardé tout nu... »


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 9 Août 2019 || 729 partages || 0 commentaires

uy Marius Sagna, un «envoyé très spécial » qui risque d’être très encombrant pour l’administration pénitentiaire. L’activiste sénégalais sous mandat de dépôt depuis le 19 juillet dernier a subi un traitement jugé «dégradant et inhumain. «vos agents m’ont déshabillé, m’ont gardé tout nu pour me fouiller en plein air. Ensuite, ils m’ont contraint de m’accroupir tout nu", a-t-il révélé dans une lettre aux allures d’une bombe adressée au directeur de la Maison d’arrêt et de Correction de Rebeuss. Il ne se limite pas en si bon chemin car il décrit avec des détails ahurissants les conditions de détention et de vie des détenus qui sont plus « « « "qu’inhumaines, dramatiques et exécrables". Guy Marius Sagna de signaler: "monsieur le directeur, les chambres 9, 10, 3, 4, 1, 2, ressemblent à des cales de négriers. Plus de 300 détenus dans une chambre avec une ou deux toilettes !!! ». Malgré ces "ignobles" conditions décrites, il a tenu à rendre hommage à Tamsir Sané, le gendarme tué à Koumpentoum (+380km au Sud-est) lors d’une attaque d’un bureau de poste et à travers lui tous les corps militaires et paramilitaires. PressAfrik vous propose la lettre de l’activiste sénégalais intégralement. Placé sous mandat de dépôt, le 19 juillet dernier, l’activiste Guy Marius Sagna dénonce les conditions de vie carcérale et le traitement subit lors de son arrivée à la Mac de Rebeuss. Voici sa lettre: Guy Marius Sagna 30/07/2019 Mandat de dépôt 19/07/2019 Chambre 36 Monsieur le directeur, Recevez d’abord mes salutations, et au-delà de votre personne, toutes les forces de défense et de sécurité. Je vous présente à tous mes condoléances suite à l’assassinat du gendarme Tamsir Sané à Koupentoum. Cet assassinat montre à nouveau que le Frapp a raison de dénoncer les conditions de dénuement dans lesquelles policiers, gendarmes, militaires agents des eaux et forêts, sapeurs-pompiers, etc., travaillent. Et ces conditions scandaleuses sont le résultat du pillage par l’impérialisme et son valet le Président Macky Sall, du Sénégal. Ce même pillage impose des conditions de travail inacceptables à l’administration pénitentiaire : sous-effectif, salaires dérisoires, lieux de détention surpeuplés, etc. . Ce même pillage est une véritable machine qui crée l’analphabétisme, la pauvreté et ses conséquences que sont le banditisme et le crime. Voilà pourquoi monsieur le directeur, agents de l’administration pénitentiaire et “jailman” ne doivent pas être ennemis mais comprendre qu’ils sont des frères et des sœurs opprimés d’un même système néocolonial. Je viens par cette présente lettre protester énergiquement contre le traitement inhumain et dégradant infligé aux détenus de Reubeus. Le 19 juillet 2019, en entrant à Reubeus, vos agents m’ont déshabillé, m’ont gardé tout nu pour me fouiller en plein air. Ensuite, ils m’ont contraint de m’accroupir tout nu. Directeur, comment pouvez-vous accepter qu’en 2019 vos agents traitent ainsi des êtres humains ? Les détenus sénégalais sont-ils des êtres humains et citoyens entièrement à part ? Monsieur le directeur, je demande la fin de cette pratique qui, avec les insultes, les violences physiques, …, ne participent qu’à dégrader, humilier des êtres humains. Monsieur le directeur, Reubeus est gangrenée par les longues détentions. Des détenus sont ici depuis trois, quatre, cinq, six, sept, huit ans sans jugement. L’un d’entre eux vient d’être fraîchement acquitté après huit ans sans jugement. Cela ne peut plus durer. En attendant le règlement de ce problème, monsieur le directeur, les chambres 9, 10, 3, 4, 1, 2, ressemblent à des cales de négriers. Plus de 300 détenus dans une chambre avec une ou deux toilettes !!! Ces détenus se reconnaissent de loin avec leur odeur nauséabonde et leurs pieds enflés du fait qu’ils ne se douchent pas et ne se couchent pas. C’est inhumain !!! Comme si cela ne suffisait pas, les détenus sont volés au télécentre et à la boutique où les prix d’un appel ou des marchandises sont beaucoup plus chers. Les détenus sont opprimés et exploités : Sept (07) minutes de communication (orange) coûtent 1.000 fcfa. Et si la communication se coupe après quelques secondes, le détenu perdra toutes ses sept (07) minutes. Cela doit faire pâlir de jalousie le capitalisme. À l’infirmerie, il n’y a que du paracétamol et des antibiotiques. Cerise sur le gâteau, il y a une cuisine pour les “jailman” et une autre pour vos agents. Avez-vous déjà vu un bol de “jailman” ou goûté à son contenu, monsieur le directeur ??? En 2016, les détenus se sont rebellés contre toutes ces graves conditions. Le feu fût ouvert sur les détenus. La bête immonde est encore féconde, monsieur le directeur. Veuillez agréer, monsieur le directeur de la maison d’arrêt de Reubeus, l’expression de mon plus profond respect. GUY MARIUS SAGNA

DakarFlash3



Nouveau commentaire :