Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

"Je n'ai jamais évoqué la situation de monsieur Benalla avec le président"


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 23 Juillet 2018 || 62 partages || 0 commentaires

"Je n'ai jamais évoqué la situation de monsieur Benalla avec le président"
 

Le ministre français de l'Intérieur, Gérard Collomb, est auditionné à l'Assemblée ce matin sur l'affaire Benalla, l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron qui a frappé des manifestants lors d'un rassemblement le 1er mai, à Paris.

Gérard Collomb était appelé à répondre à plusieurs interrogations concernant l'affaire Benalla devant la commission des Lois. Face aux députés, le ministre de l'Intérieur a déclaré qu'il avait déjà rencontré Alexandre Benalla mais qu'il ignorait qu'il était alors conseiller à l'Elysée. "Je n'ai jamais évoqué la situation de monsieur Benalla avec le président de la République", a-t-il également déclaré.

Le ministre a également condamné "avec la plus grande fermeté les actes de monsieur Benalla que ce soit pendant le 1er mai ou après le 1er mai". "Ils sont en tout point contraire à mes valeurs", a-t-il ajouté.

Pas son rôle
Gérard Collomb a indiqué avoir été informé le lendemain des faits de l'existence de la vidéo sur laquelle on voit Alexandre Benalla frapper et malmener des manifestants le 1er mai à Paris, et a estimé que ce n'était pas à lui de saisir la justice. "Ce n'est qu'en rentrant en début d'après-midi (le 2 mai) que, lors de l'un de nos points de situation quotidiens, mon directeur de cabinet et mon chef de cabinet m'informent de l'existence d'une vidéo montrant des faits de violence sur la Place de la Contrescarpe", a affirmé le ministre de l'Intérieur.

Mais, a-t-il estimé, ce n'était pas à lui de saisir la justice de ces faits. "Ce n'est pas au ministre qu'il appartient de le faire. (...) Je considère que c'est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations, au plus près du terrain, de recueillir les éléments permettant de justifier la transmission d'un signalement au titre de l'article 40 de le faire".

Cet article du code de procédure pénale impose à tout fonctionnaire de signaler un délit au procureur quand il en a connaissance. "Je m'étais assuré le 2 mai que, tant le cabinet du président de la République que la préfecture de police, avaient été destinataires de l'information de la vidéo mettant en cause M. Benalla. Il leur appartenait donc d'agir. C'est la règle pour tous les manquements", a-t-il continué.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :