Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

L’Apr se transforme en Alliance pour la « réplique »


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 15 Février 2018 || 69 partages || 0 commentaires

L’Apr se transforme en Alliance pour la « réplique »

Étymologiquement, la politique se définit comme l’art de gérer la cité. Mais telle que pratiquée sous nos cieux, la politique semble devenu l’art de divertir le peuple, de l’abrutir pour lui faire oublier l’essentiel. Et dans ce registre, les politiciens professionnels sont imbattables. Si cela n’était que l’apanage des opposants, cela aurait pu se comprendre d’autant que c’est le rôle de l’opposition de critiquer un pouvoir.

Le plus inquiétant dans tous ça, c’est quand le pouvoir qui est censé gérer le pays y va de son tout pour répondre par des invectives et autres piques et attaques personnelles sur des questions d’importance soulevées par l’opposition, notamment la gouvernance actuelle qui préoccupe beaucoup les populations. Le triste constat qu’on fait c’est comment l’Alliance pour la République est en train de se transformer en une Alliance pour la Réplique. En attestent les nombreuses sorties virulentes des lieutenants du pouvoir contre certains leaders de l’opposition comme Idrissa Seck et Ousmane Sonko principalement. Au lieu d’apporter des réponses rassurantes et convaincantes sur les problèmes qu’ils évoquent, les répondeurs automatiques du régime ont fait le choix de verser dans l’invective et les attaques crypto personnelles.

Une situation délétère qui ne traduit en fait qu’une certaine indigence spirituelle, parce qu’en tant que classe dirigeante, les partisans du chef de l’état gagneraient mieux à être davantage outillés pour élaborer les réponses appropriées aux questions qu’on leur pose.

Quand un leader comme Ousmane Sonko soutient que le Sénégal perd annuellement la somme de 520 milliards Cfa du fait des abattements fiscaux et autres exonérations de complaisance que l’État accorde aux multinationales, cela ressemble plus à un scandale à dénoncer qu’un parti pris d’esprit partisan incapables d’apporter une réponse claire. Même attitude rigide et ringarde en ce qui concerne la gestion nébuleuse des richesses minières gaz et pétrole. Malheureusement, à force, ce régime se discrédite en optant d’être un adepte du brouillage des esprits. Face aux questions aussi importantes de l’heure, les répondeurs automatiques du gouvernement préfèrent toujours esquiver ce qui les gêne dans les propos d’un Sonko et n’ont d’autres réponses que celle-ci : «Sonko n’a rien à dire, c’est un aigri qui critique en permanence, alors que nous on travaille, on n’a pas de temps à lui consacrer…».

C’est ainsi en permanence, sans jamais arriver à répondre dans le fond avec pertinence.
Il en est de même pour Idrissa Seck qu’on vilipende traîne dans la boue parce que son seul tort est de manifester son désir d’en débattre avec le chef de l’Apr sur beaucoup de sujets et dossiers brûlants. Mais les apéristes oublient qu’il n’est pas bon pour un régime de s’acharner sur ses opposants, et étalent par là devant le tout Sénégal leur parfaite incapacité à manier le gouvernail du bateau Sénégal, en le conduisant jusqu’à bon port dans la transparence. Et surtout qu’ils ont vite fait de toucher le fond de cale avec ce point noir de leur gestion : à savoir, leur impuissance à faire face à la misère et
la pauvreté grandissantes.

Et ce, en dépit des déclarations si souvent entendues qui voudraient que l’économie se porte bien avec une croissance prévisionnelle de l’ordre de 6 à 7%. Or dans les faits c’est plutôt à une décroissance qu’on assiste, avec des populations lésées, brimées, stigmatisées et ulcérées par le renchérissement du coût de la vie : enseignants en rogne, médecins en
colère, étudiants et élèves désemparés, établissements et instituts universitaires
privés qui harcèlent pour que l’état leur paie ce qu’il leur doit comme sommes. Tout est là pour bien commencer 2018, considérée année sociale, mais aussi année de tous les dangers, en pleine période pré électorale et de pré campagne.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :