Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

L'enfer sur terre: Kanpur, la ville où l'air est le plus pollué au monde


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 5 Juin 2018 || 69 partages || 0 commentaires

L'enfer sur terre: Kanpur, la ville où l'air est le plus pollué au monde

A Kanpur, ville indienne où l'on respire l'air le plus sale du monde, le policier Abhash Kumar Sharma fait la circulation au milieu des embouteillages. Pour seule arme contre les miasmes toxiques, il porte sur le visage un mouchoir noirci par la suie.

Dans cette localité de trois millions d'habitants dans le nord du pays, la pollution envoie à l'hôpital un nombre croissant de victimes de maladies pulmonaires chroniques et de cancers.

"C'est la même chose pour quiconque passe de longues heures dehors dans cette ville", dit M. Sharma. Sa hiérarchie ne lui délivre pas de masque pour travailler. "La pollution vous rentre dans les yeux et ça pique souvent". 

La ville a été ébranlée par un rapport publié le mois dernier par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui place Kanpur en tête des 15 villes qui respirent l'air le plus pollué du monde. Quatorze des localités figurant sur cette liste sont indiennes. Mais cela fait longtemps que Kanpur souffre et beaucoup d'habitants en sont au point de non retour alors que la planète célèbre la Journée mondiale de l'environnement. 

Aux yeux de Sunil Dahiya, militant de Greenpeance India, "il est certain que des centaines de milliers de personnes meurent en Inde chaque année à cause de la pollution de l'air". Anand Kumar, médecin à l'hôpital thoracique Murati Lal, le nombre de patients est passé d'environ 40.000 en 2015 à 64.000 l'année derrière. 

"Où sont les arbres?"
"Plus de 50% de ces patients, et peut-être davantage, arrivent avec des problèmes respiratoires", explique-t-il à l'AFP. "La gravité des cas empire. Nombre de ceux qui se remettaient en un jour ou deux ont maintenant besoin de journées entières et de médicaments beaucoup plus puissants". Le nombre de maladies pulmonaires chroniques et de cancers des poumons est à la hausse chez les non fumeurs, en particulier les femmes, ajoute-t-il. "Il n'y aucune raison à cela hormis la pollution atmosphérique". Les enfants de moins de cinq ans souffrent aussi beaucoup, dit aussi le médecin. 

Dans une aile bondée de l'hôpital, Ram Lahkhan, 74 ans, habitué aux longs séjours, peine à respirer. Il accuse la circulation automobile. "Où sont les arbres maintenant? On n'a que les voitures, la pollution, les bouchons. Toute la verdure est partie et ce qu'il nous reste pour respirer, c'est la pollution". "Je ne me suis jamais senti aussi mal. Avant, je n'étais hors d'haleine que pendant les hivers les plus rudes, au moment du smog. Mais depuis deux ou trois ans, c'est difficile aussi l'été".

Il faut une heure de bouchons inextricables pour parcourir les sept kilomètres qui séparent l'hôpital du Bureau de contrôle de la pollution de l'Etat d'Uttar Pradesh.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >