Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

L’homo lui fait des avances : « Laye Seras » le violente et lui prend ses affaires personnelles


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 14 Juin 2017 || 483 partages || 0 commentaires

Comparaissant devant le juge statuant en matière de flagrants délits de Dakar pour les faits de vol avec violence   usage  d'arme et violence et voies de fait  Abdoulaye Keita alias « Laye Seras », né en 1980 et commerçant de profession, a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il argue avoir rencontré pour la première fois la partie civile lors d'une soirée de Mame Gor Diazaka. 


« Je suis allé chez lui et il m'a présenté à une fille et cette dernière m'a offert de la boisson. Ensuite Ifra Tall m'a proposé d'aller en boîte et revenir coucher avec lui. Je lui ai proposé d'aller chez moi pour récupérer de l'argent et il m'a suivi. Arrivé à hauteur de Saint Dominique, j'ai demandé au chauffeur de s'arrêter je lui ai dit qu'il était un homosexuel et je lui ai donné une gifle, avant de prendre son téléphone et sa montre » explique-t-il. 

La partie civile, Ifra Tall, né en 1992 et gérant d'une boutique dans un centre commercial n'a pas comparu devant le juge. Mais devant les gendarmes enquêteurs il avait déclaré qu'il avait fait la connaissance de Abdoulaye Keita il y a 6 mois. Il l’avait invité   à passer le week-end ensemble mais il a refusé. Le jour de l'anniversaire de Mame Gor Diazaka il a récidivé sa demande qu’a acceptée Laye. C’est en route vers Pikine que deux individus à bord d'un scooter l’ont insulté et agressé. Abdoulaye Keita qui était apparemment leur chef, a pris sa chaîne en or d'une valeur de 2 millions et son téléphone iPhone 6 


Devant le juge le prévenu a confirmé avoir pris la  montre et le téléphone de Ifra pour lui donner une leçon. 
Le ministère public a requis une peine de 2 ans ferme 
Le tribunal l’a déclaré coupable et  condamné à une peine de 6 mois ferme 

Dakarflash6



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Février 2020 - 11:52 AFFAIRE DE SA FILLE: La colère de Mame Makhtar Guèye