Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Le Lesotho félicité pour avoir dépénalisé le délit de presse


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 23 Mai 2018 || 41 partages || 0 commentaires

La Cour constitutionnelle du Lesotho vient de voter à l’unanimité la dépénalisation du délit de presse. Une avancée significative saluée par des ONG de défense des droits des journalistes

Plus question pour les journalistes lesothans d’aller en prison pour les fautes comme la diffamation et la calomnie. Ces délits de presse ne sont plus des crimes. Ainsi en a décidé la Cour constitutionnelle qui estime que c’est une manière de porter atteinte à la liberté d’expression garantie par la Constitution du pays.

Accusé en 2016 de diffamation, Basildon Peta, directeur de publication du Lesotho Times avait vivement critiqué l’article 104 du code pénal qui considérait le délit de presse comme un crime. D’où l’appel à son abrogation. Un plaidoyer soutenu par des ONG de défense de la liberté de la presse dont le Centre de Contentieux d’Afrique australe (SALC) et le CPJ.

Ayant obtenu gain de cause, ces institutions ne s’empêchent pas de se féliciter de leur victoire. “Les journalistes ne devraient jamais être accusés de crimes pour avoir fait leur travail. La Cour constitutionnelle l’a compris, voilà pourquoi, nous pensons que la décision de la Cour constitutionnelle du Lesotho est une victoire de plus dans la lutte contre la pénalisation des délits de presse en Afrique”, a déclaré hier Angela Quintal, coordinatrice du CPJ Afrique.

Et de poursuivre : “La criminalisation du délit de presse est trop souvent utilisée pour effectuer des sanctions ciblées sur les journalistes critiques. Nous encourageons ainsi le Lesotho à rejoindre le groupe de pays africains qui ont dépénalisé les fautes commises par les journalistes dans l’exercice de leur profession”. 


DakarFlash3



Nouveau commentaire :