Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

« Le Sénégal depuis son indépendance, n’a jamais connu la famine » (Premier ministre)


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 4 Juillet 2018 || 65 partages || 0 commentaires

« Le Sénégal depuis son indépendance, n’a jamais connu la famine » (Premier ministre)
Se prononçant sur les situations d’insécurité alimentaire et nutritionnelle, le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah a tenu à préciser que « le Sénégal depuis son indépendance n’a jamais connu la famine » et que les informations sur une prétendue famine au Fouta, sont tout simplement fausses. 

« Il n’y a pas dans le Fouta, 750.000 Sénégalais menacés de famine »
  
« Je voudrais appeler à la raison. Il n’y a pas dans le Fouta, 750.000 Sénégalais menacés de famine, ni d’ailleurs dans le pays tout entier. Du reste, le Sénégal depuis son indépendance n’a jamais connu la famine. Il faudrait déjà rappeler que les situations d’insécurité alimentaire et nutritionnelle sont caractérisées à travers 5 phases, de la phase 1 : minimale, phase 2 : sous pression, phase 3 : en crise, phase 4 : urgence, et phase 5 : famine. 

Ce que le Secrétariat Exécutif du Conseil national à la sécurité alimentaire avait dit en février 2018, à travers une analyse basée sur le cadre harmonisé du CLISS, était que sur la période de mars à mai 2018, les départements de Podor, Matam, Kanel et Ranérou, et en partie Tambacounda et Goudiry allaient être en situation de crise, c’est-à-dire en phase 3 sur l’échelle de 1 à 5 dont je vous parlais tantôt, soit 319.000 personnes pouvant être concernées, nonobstant la hausse de 18 % des productions céréalières enregistrée sur l’ensemble du territoire national ». 
  
Plan d’urgence sur la sécurité alimentaire 
  
« Il avait aussi projeté que si rien n’était fait, la situation de crise pourrait impacter à terme 752.000 personnes au cours de la période de soudure. Seulement, beaucoup a été fait pour mettre justement fin à cette menace et empêcher l’impact de la population. J’avais moi-même présidé en son temps, en février 2018, un Conseil interministériel sur la sécurité alimentaire et le Chef de l’Etat avait immédiatement validé en Conseil des ministres, le plan d’urgence comprenant deux volets. » 
  
6,1 milliards de francs destinés aux personnes vulnérables 
  
« Le premier volet, c’est une assistance organisée de 6,1 milliards de francs destinés aux personnes vulnérables dans les 6 départements recensés et un apport de 5,2 milliards pour le bétail. L’action est en cours et des milliers de tonnes d’aliments de bétail ont été commandées depuis aux industries locales du secteur. Les livraisons sont encore en cours au niveau des départements administratifs concernés. Le second volet était une aide d’urgence immédiate à travers le déblocage de 1,2 milliard de francs CFA sur le budget de l’Etat, aujourd’hui entièrement distribués aux populations concernées sous la forme de cash transferts. » 
  
«  L’aide d’urgence décidée par le Chef de l’Etat comprenait également des intrants de contre-saison pour remettre sur pied la production agricole dans le nord et l’est du pays qui avaient connu un déficit pluviométrique la saison des pluies précédente, déficit qui est à l’origine de la situation de crise que nous avons su gérer avec efficacité. Voilà pour les faits réels vérifiables sur le terrain. Tout le reste n’est que supputations. Du reste, la presse avait largement couvert les remises de cash transfert aux intéressés par Madame le Délégué général à la Solidarité nationale. » 




  
Source L’Observateur

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >