Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Le chef de l'armée birmane doit être poursuivi pour "génocide", selon l'ONU


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 27 Août 2018 || 51 partages || 0 commentaires

Le chef de l'armée birmane doit être poursuivi pour "génocide", selon l'ONU
 

Des enquêteurs de l'ONU ont demandé lundi que la justice internationale poursuive le chef de l'armée birmane et cinq autres hauts gradés pour "génocide", "crimes contre l'humanité" et "crimes de guerre" à l'encontre des musulmans rohingyas.

"Les principaux généraux de Birmanie, y compris le commandant en chef Min Aung Hlaing, doivent faire l'objet d'enquêtes et de poursuites pour génocide dans le nord de l'Etat Rakhine, ainsi que pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre dans les Etats Rakhine, Kachin et Shan", a exhorté la Mission d'établissement des faits de l'ONU sur la Birmanie.

"Suffisamment d'informations"
Selon un rapport publié lundi par cette mission, qui a été créée par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU en mars 2017, "il existe suffisamment d'informations pour justifier (...) la poursuite des hauts responsables de la chaîne de commandement" de l'armée birmane.

L'exode des Rohingyas
Entre août et décembre 2017, plus de 700.000 musulmans rohingyas ont fui la Birmanie, majoritairement bouddhiste, après une offensive de l'armée birmane lancée en représailles d'attaques de postes-frontières par des rebelles rohingyas. Ils ont trouvé refuge au Bangladesh où ils vivent depuis dans d'immenses campements de fortune.

Les informations recueillies par la mission de l'ONU suggèrent que l'estimation de 10.000 morts, un chiffre de Médecins sans frontières (MSF), est "prudente".

Aung San Suu Kyi
D'après les enquêteurs de l'ONU, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix, "n'a pas utilisé sa position de facto de chef du gouvernement, ni son autorité morale, pour contrer ou empêcher le déroulement des événements dans l'Etat Rakhine". "Par leurs actes et leurs omissions, les autorités civiles ont contribué à la commission de crimes atroces", ont-ils déclaré.

"Peu de marge de manoeuvre"
Ceux-ci ont néanmoins fait valoir que les autorités civiles avaient "peu de marge de manoeuvre" pour contrôler les actions de l'armée birmane et que "rien n'indique non plus qu'elles ont participé directement à la planification ou à la mise en oeuvre d'opérations de sécurité ou qu'elles faisaient partie de la structure de commandement".

La mission de l'ONU, qui n'a pas été autorisée à se rendre en Birmanie, a interrogé 857 victimes et témoins et s'est aussi servi d'images satellite.

"Intention génocidaire"
Selon le rapport, "les crimes commis dans l'Etat Rakhine, et la manière dont ils ont été perpétrés, sont de nature, de gravité et de portée similaires à ceux qui ont permis d'établir l'intention génocidaire dans d'autres contextes". Les experts citent ainsi "le contexte oppressif (...) et la rhétorique de la haine, les déclarations spécifiques des commandants, les politiques d'exclusion, y compris pour modifier la composition démographique de l'Etat Rakhine, le niveau d'organisation indiquant un plan de destruction et l'ampleur et la brutalité extrêmes de la violence".

Crimes contre l'humanité
Le rapport détaille une longue liste de crimes contre l'humanité qui auraient été commis à l'encontre des Rohingyas dans les Etats Kachin, Shan et Rakhine: assassinat, emprisonnement, disparition, torture, viol, esclavage sexuel, persécution et asservissement. Les experts évoquent également "l'extermination et la déportation", deux autres crimes contre l'humanité, dans l'Etat Rakhine.

"Tactiques disproportionnées"
Les "tactiques" de l'armée birmane sont "systématiquement et excessivement disproportionnées par rapport aux menaces réelles à la sécurité, en particulier dans l'Etat Rakhine, mais aussi dans le nord de la Birmanie", selon le rapport.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 12:30 Zimbabwe : au moins 42 morts dans l'incendie d'un bus