Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Les ambitions Présidentielles de Khalifa Sall et Karim Wade entre les mains de deux juges


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 30 Août 2018 || 91 partages || 0 commentaires

Les ambitions Présidentielles de Khalifa Sall et Karim Wade entre les mains de deux juges
 

Le Sénégal vit des moments socio-politiques historiques et chargés d’incertitudes, à 6 mois de la Présidentielle de 2019.

En effet, aujourd’hui, jeudi 30 août , Khalifa Sall, maire de Dakar et Karim Wade, ancien ministre, seront édifiés sur leur sort.  Pour le premier, la Cour d’appel de Dakar  donnera le verdict de son procès dans le cadre de la Caisse d’avance. Pour le deuxième dont l’inscription sur les listes électorales a été rejetée, la Cour suprême livrera le verdict de son pourvoi en cassation.

Deux  opposants au président Macky Sall, deux candidats déclarés à la Présidentielle de 2019. 

Le maire de Dakar, poursuivi pour détournements de deniers publics, est condamné à cinq (5) ans de prison, en première instance, en mars dernier. Le président de la la Cour d’appel de Dakar, Demba Kandji, va-t-il confirmer le procureur général, Lassana Diabé Siby, qui avait requis la confirmation des peines principales et complémentaires ?  

Pour Karim Wade, l’inscription sur les listes électorales a été rejetée et  la Cour suprême saisie,  après que le tribunal d’instance s’est déclaré incompétent, va rendre son verdict sur son pourvoi en cassation. 

Mais Wade-fils a déjà annoncé avec fracas les couleurs. Le «candidat du Pds et du peuple» dit ne rien attendre de Badio Camara, Premier président de la Cour suprême, «nommé par Macky Sall »

Des citoyens et autres organismes, se sont aussi prononcés sur ces dossiers judiciaires et politiques.

Pour d’aucuns, à l’instar de Moundiaye Cissé, de l’Ong 3D, pour préserver la paix sociale, les candidatures de Khalifa Sall et de Karim Wade devraient être validées…

Même si Ousmane Tanor Dieng parlait de grâce, avant de repréciser sa pensée, pour son ex camarade, Khalifa Sall. Ce qui est aux yeux du juge Dème démissionnaire, un « violation de la présomption d’innocence ». 

Et Amnesty International d’enfoncer le clou en relevant  dans son Rapport des cas de «procès inéquitables qui n’ont pas respecté les normes internationales». 

Pendant ce temps, le candidat Macky Sall, accusé d’empêcher ces deux opposants de se présenter à la prochaine Présidentielle, se promène seul, dans une tranquillité d’esprit,  dans le landerneau politique. A la collecte des signatures dans toutes les contrées du pays !

Khalifa Sall et Karim Wade seront-ils éligibles ou inéligibles ? Le monde sera édifié dans quelques heures.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >