Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Les précisions de Bougane Guèye sur la suspension du journal « La Tribune » et la rupture de contrat


Suite à la sortie du Synpics lors d’un point de presse pour fustiger le renvoi de deux journalistes de la Sent Tv, la direction dudit groupe de presse a brandit un communiqué dont copie est parvenue à notre redaction.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 10 Août 2017 || 306 partages || 0 commentaires

Les précisions de Bougane Guèye sur la suspension du journal « La Tribune » et la rupture de contrat
Sur cette correspondance, Bougane Guèye Dany tient à apporter des précisions.
 
« Le Groupe DMedia a des attestations dûment visées par les institutions Caisse de Sécurité Sociale et l’Ipres. Ces documents sont disponibles à l’attention de tous les journalistes de bonne foi qui voudraient en disposer », lit- dans le communiqué.
En ce sens, il renseigne que le groupe dispose également d’un quitus fiscal dûment certifié.
S’agissant des sieurs Abraham Paul Pouye et Pape Amadou Sy, le patron de D-Médias explique que ce sont des journalistes qui après une période de stage ont eu à signer des contrats à durée déterminée avec une période d’essai. A la fin de leur période d’essai, nous avons mis fin à notre collaboration comme la loi le permet. Toute la procédure en la matière a été respectée. Tous leurs droits leur ont été déjà payés.
A propos de la mise sous chômage technique de la Tribune. « Il est constant que ce support est déficitaire depuis son lancement. Cette situation n’a rien d’exceptionnel. Il est possible d’aviser en faisant le point avec les autres journaux de la place. Sur la tranche 2015 à 2017, ce support a cumulé de pertes de 214 millions de Fcfa. Ces états financiers sont certifiés par un expert et ont été mis à la disposition de l’Inspection régionale du Travail. Malgré tout, le promoteur a toujours tenu à mettre les travailleurs dans d’excellentes conditions de travail », dit la direction d ela communication de D-Média.
 
Elle laisse entendre qu’elle ne « spéculera pas avec un syndicat en quête de notoriété qui veut participer à une entreprise insidieuse de déstabilisation d’un groupe de presse remarquable ».
 
Et de renchérir: « Un syndicat qui veut  prendre l’opinion en otage pour mettre la pression sur des dossiers pendant devant des agents assermentés ».
 
Par contre, M. Bougane Guèye se réserve le droit d’ester en justice sur les accusations de faux et les propos haineux et diffamatoires portés à son endroit.




Nouveau commentaire :