Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Londres pourrait être tenté par un “no deal”


Entravées par la pandémie, les négociations post-Brexit entre Londres et Bruxelles reprennent mardi sans grand espoir de sortir de l'impasse, malgré la pression du calendrier et le risque d'un "no deal".

Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 2 Juin 2020 || 24 partages || 0 commentaires

Qualifiant la situation de "sérieuse", le négociateur européen, Michel Barnier, a appelé dans Le Monde les Britanniques à "plus de réalisme". Il leur reproche de chercher à obtenir "une sorte de ‘best of’ (...) des accords commerciaux" conclus par l'UE dans le passé, sans les contreparties.

Lundi, le 10 Downing street a accusé Bruxelles de vouloir introduire dans la négociation des "propositions déséquilibrées qui attacheraient le Royaume-Uni aux règles ou aux standards" européens, et a dénoncé des exigences "sans précédent dans les accords de libre-échange".

Après trois séances de discussions entamées début mars, à raison d'une par mois, le fossé reste béant. Et des tensions émergent, comme un récent échange de lettres cinglant entre Michel Barnier et son homologue David Frost.

 

La situation est compliquée par la pandémie de coronavirus qui oblige la centaine de négociateurs de part et d'autre à travailler par visioconférence, pour tenter de trouver comme prévu un accord d'ici la fin de l'année.

Pour Michel Barnier, ce nouveau cycle de pourparlers, qui débute dans l'après-midi et se poursuivra jusqu'à vendredi matin, devrait permettre "de savoir si le Royaume-Uni veut quitter le marché intérieur et l'union douanière (...) avec ou sans accord avec nous".

La semaine devrait "confirmer qu'on est dans une impasse. Les positions sont très figées. Un revirement serait une surprise", estime une source européenne.

 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :