Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

M.Dia, ménagère et âgée de 20 ans condamnée à 7 ans de travaux forcés


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 27 Février 2018 || 344 partages || 0 commentaires

M.Dia, ménagère et âgée de 20 ans condamnée à 7 ans de travaux forcés
Les sept prochaines années, Maty Dia les passera à la prison de Diourbel où elle purgera sa condamnation, après avoir été reconnue, hier lundi, coupable du délit d’infanticide. Ménagère de son état et âgée de 20 ans, elle avait contracté une grossesse avec un homme autre que son époux, puis jeté le nouveau-né dans une fosse septique.
La relation adultérine entretenue avec le nommé Youssou Diop a fini par coûter à la dame Maty Dia, fille de Dame et de Penda Sawaré, ménagère de son état et âgée de 20 ans, sept années de travaux forcés. Son époux, émigré en République de Mauritanie depuis près de 3 ans, Maty Dia, mère de deux enfants, a trouvé le moyen de tomber enceinte de son amoureux de guérisseur. Et lorsque son amant a refusé la paternité du bébé, elle a délibérément choisi d’accoucher, pour après jeter son nouveau-né dans la fosse septique de ses voisins. C’était le 16 novembre 2016. Ce jour-là, Ndèye Samb, sa voisine de 63 ans, est attirée par l’odeur infecte qui se dégageait de la cour de sa maison. Elle s’aperçoit rapidement que le cadavre d’un bébé flottait dans la fosse. Ndèye Samb alerte alors les éléments de la brigade spéciale de Touba qui, à leur tour, informent les sapeurs-pompiers. Et en quelques heures, les pandores finissent par mettre la main sur Maty Dia qui, une fois questionnée, a tout avoué. Elle sera par la suite inculpée d’infanticide.
À sa comparution, hier, devant la Chambre criminelle de Diourbel, Maty Dia a réitéré ses aveux en reconnaissant avoir accouché puis jeté son bébé dans la fosse septique. Mais elle jure par tous les saints qu’il s’agissait d’un mort-né. À la barre, elle indique n’avoir même pas regardé vraiment son bébé qui, d’après elle, n’aurait pas poussé de cris à sa naissance parce que mort-né. Selon elle, la déformation de la tête du bébé serait due au fait que celle-ci a heurté le sol de sa chambre où elle a mis l’enfant au monde.
Une déclaration qui ne convainc pas le procureur de la République. Pour Moussa Guèye, Maty Dia a prémédité son acte ignoble pour avoir bien mûri son plan. «Maty Diaw ne voulait pas de cet enfant, qui était le fruit de son adultère avec un autre homme que son mari. Elle s’est débrouillée pour accoucher et jeter son bébé volontairement dans une fosse septique», a indiqué le procureur qui, au terme de son réquisitoire, a requis 10 ans de travaux forcés contre l’accusée.
Un réquisitoire que Me Moustapha Ndiaye, conseil de l’accusée, a dégagé d’un revers de la main. Selon Me Ndiaye, rien ne permet au procureur d’être aussi catégorique pour affirmer qu’il s’agit d’un infanticide. «Rien dans le dossier ne permet de dire que l’enfant est né vivant», a-t-il assuré. Aussi, Me Ndiaye a sollicité l’acquittement au bénéfice du doute pour sa cliente. Abondant dans le même sens que son confrère, Me Abdoulaye Babou s’est engouffré dans cette brèche ouverte par Me Moustapha Ndiaye pour expliquer que le bébé était mort-né comme l’a rapporté sa cliente Maty Dia. Selon lui, aucun élément ne permet au procureur d’affirmer que, même au cas où la grossesse était arrivée à terme, le nouveau-né devait impérativement respirer au moment de sa naissance. Rien ne peut permettre de dire qu’il y a infanticide dans ce dossier. Il a plaidé pour la relaxe de sa cliente.
Rendant son délibéré, la Chambre criminelle, après avoir reconnu Maty Dia coupable d’infanticide, l’a condamnée à 7 ans de travaux forcés.



Jotay

Dakarflash2



Nouveau commentaire :