Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

MH370: "Un jour, quelqu'un va parler"


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 8 Mars 2018 || 57 partages || 0 commentaires

MH370: "Un jour, quelqu'un va parler"
Personne ne sait ce qui est arrivé au vol MH370, avec 239 passagers à bord. Parmi ceux-ci se trouvait une partie de la famille de Ghyslain Wattrelos. L'ingénieur français a raconté son histoire dans un livre et dénonce dans Le Figaro les nombreuses incohérences de l'enquête.

L'homme ne croit pas du tout à la version officielle qui "fait état de quatre changements de cap inexpliqués dans la trajectoire finale supposée de l'avion. Mais ils ne nous fournissent pas la preuve de ce qu'ils avancent."

"Arrêtons de dire n'importe quoi"
Ghyslain Wattrelos a passé des mois à étudier le dossier. Il en connaît les moindres recoins. Et il est de plus en plus convaincu qu'on nous cache quelque chose. Pour lui, c'est inconcevable que plusieurs pays, qui possèdent des radars militaires dans la zone de disparition de l'avion, n'aient rien détecté. "Donc arrêtons de dire n'importe quoi. Une partie de ces militaires savent un morceau des faits. Il n'y a pas que deux personnes au courant, il y a des tas de gens qui ont un petit bout de l'histoire. Ces personnes-là, aujourd'hui, elles ne peuvent pas s'exprimer. Parce que cette histoire est sombre, inavouable. Mais les gouvernements et les rapports géopolitiques changent..."

"Un jour, quelqu'un va parler"
Si une enquête française tente bien de trouver la vérité, c'est peine perdue pour Wattrelos car elle se heurte à un mur, sans aucune aide. Même pas de la part du gouvernement français, lui aussi pointé du doigt. Ni du Royaume-Uni ou des Etats-Unis. "Tous les gens avec qui j'étais en contact sous François Hollande, je n'ai plus de nouvelles depuis", poursuit Wattrelos. "J'ai donc fait une lettre à Emmanuel Macron, en lui demandant de me recevoir pour me dire ce que la France sait. Le silence de l'État est extrêmement perturbant, c'est un signe d'une grande gêne vis-à-vis de cette histoire. La France sait des choses qu'elle ne peut pas dire."

Pour lui, il n'y a pas 36 possibilités. L'avion s'est crashé "soit parce qu'il a été abattu volontairement - il y a quelque chose ou quelqu'un dans l'avion qui ne doit pas arriver à Pékin - soit parce qu'il y a eu une bavure militaire. En tout cas, ce n'est pas un accident", poursuit-il dans Sud-Ouest.

L'homme de 53 ans se doit de donner des réponses à Alexandre, son fils de 25 ans qui n'était pas dans l'avion. "C'est un combat que je vais gagner, parce que je suis persuadé qu'il y a des tas de gens qui savent quelque chose. Un jour, il y a quelqu'un qui va parler."

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >