Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Macky Sall : Socialiste, Libéral, ou Souverainiste ?


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 2 Octobre 2019 || 106 partages || 0 commentaires

Le Président Macky Sall, malgré son expérience politique, continue de vivre une contradiction également entretenue, certainement, par la diversité idéologique et doctrinale dans son entourage. Il est un socio-démocrate qui s’est déclaré libéral et qui, à la pratique du pouvoir, se rend compte tous les jours que ses politiques d’inspiration socialiste (leadership d’état sans moyens) butent sur un mur. Il en est malheureusement à son dernier mandat, et n’aura pas le temps de faire la synthèse de ses contradictions révélées par les déclarations de politique générale de ses premiers ministres que nous n’entendrons plus.  

En effet, la politique générale des 3 prochaines années sera le programme soutenu par le Fonds Monétaire International que les Sénégalais ne découvriront qu’en décembre après que le Conseil d’Administration du FMI l’ait avalisé. Le Sénégal a connu un endettement accéléré et accumulé des arriérés intérieurs pour assurer un deuxième mandat à son Président et devra subir une période de correction de ses finances publiques au vu de ses options de financement appuyées par les bailleurs. Le Président Macky Sall qui tient le portefeuille de Ministre de l’Economie et des Finances mettra donc en œuvre un programme d’inspiration libérale qui n’est pas tout à fait celui sur lequel il a fait campagne et que nous avons qualifié de socialiste. Le secteur privé sera déclaré futur moteur de la croissance si les réformes nécessaires sont mises en œuvre, et l’état se concentrera davantage sur des services publics de qualité dans le cadre de budgets programmes. Cette politique sera-t-elle faisable ? nous y reviendrons en temps opportun.  

De ce fait, dans les 3 prochaines années, les sénégalais ne pourront plus compter sur leur état pour soutenir une croissance socialisée par l’endettement extérieur. Nous avons en effet montré dans nos récents rapports de rétrospective que le bilan macroéconomique du septennat écoulé a été socialiste avec des tensions de trésorerie en fin de mandat (lettres de confort et arriérés intérieurs) du fait de politiques redistributives insoutenables (bourses familiales, der, couverture maladie universelle) et un endettement extérieur qu’on aurait pu éviter. Les analyses de la croissance, des finances publiques, et de la monnaie, convergent toutes vers le rôle central que l’état et son budget ont joué au détriment du secteur privé durant la période 2012-2019. La croissance s’est tertiairisée par l’endettement public, socialisée par les réallocations budgétaires en faveur du secteur primaire et du social, et désindustrialisée par une substitution des travaux publics aux industries dans un contexte international favorable qui est en train de changer. Ce n’est que grâce à la revalorisation de notre PIB de 30% (résultat de nos politiques d’endettement et de dépenses publiques de 2000 à 2012) que les ratios de nos déficits budgétaires et de notre endettement se sont considérablement réduits. La politique d’Abdoulaye Wade que Macky Sall a poursuivie, mais dans une conjoncture internationale favorable, ne nous a donc pas réussi.   

Notre classe politique a donc du pain sur la planche. Le climat général de réconciliation est favorable à un gouvernement d’union nationale qui pourrait être un cadre de construction de la synthèse des contradictions du Président Macky Sall. Cette synthèse nous la voulons « Libérale et Patriotique ». Pour ce faire, tous les camps, libéraux (reconstitués), socialistes (reconstitués), et souverainistes (en progression), doivent se retrouver autour du Président Macky Sall et ses partisans eux-mêmes composés de tous ceux précédemment énumérés et débattre.

Macky Sall n’est en effet plus la cible, mais c’est lui qui tient le pouvoir jusqu’en 2024 et peut aider à le transmettre par la réussite ou l’échec de la politique qu’il mettra en œuvre. Soyez donc en embuscade autour de lui et compétissez d’arguments sur ce que le gouvernement doit faire. L’alternative sera de s’opposer à toute synthèse qui pourrait découler d’un dialogue par la politique politicienne. De ce point de vue, il y aura des élections tous les deux ans d’ici 2024 pour vous départager dans les faits et dans l’opinion.   



Librement

 
Dr. Abdourahmane Sarr
Président CEFDEL
Moom Sa Bopp Mënël Sa Bopp

DakarFlash3



Nouveau commentaire :