Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Mash'ALLAH «boul niou tiatou président Erdogan» ! (Par Babacar Ndiaye)


D’abord, on n’a pas besoin d’aligner toute la République pour accueillir un invité fut-il de marque et en visite officielle dans notre pays La remarque désinvolte et presque irrespectueuse de Monsieur Erdogan, qui était sûrement las de serrer des mains et d’écouter le chef de l’Etat lui faire la présentation de son « Conseil des ministres » déplacé à l’aéroport, prouve à suffisance toute la curiosité que suscitent nos gouvernements pléthoriques et coûteux face au reste du monde, malgré l’extrême pauvreté de nos pays.

Rédigé par DakarFlash.com, le Samedi 3 Mars 2018 || 191 partages || 0 commentaires

Mash'ALLAH «boul niou tiatou président Erdogan» ! (Par Babacar Ndiaye)
 
« 39 ministres, vous avez beaucoup d’enfants » s’est esclaffé l’hôte du jour. Passée l’ironie, le monsieur devait être d’autant plus choqué que chez lui en Turquie, pays de 80 millions d’habitants, il dirige un gouvernement d’une... vingtaine de ministres. On ne peut pas porter en bandoulière l’indigence pour capter l’aide public au développement, et nous offrir en même temps le luxe insolent de vivre au dessus de nos moyens au point d’éblouir ceux à qui on tend la main. 

Ce n’est pas décent Il me souvient qu’en visite d’état en France, le Président Macky Sall (qui a quand même eu droit au tapis rouge), s’était fait recevoir par madame Annick Girardin, ministre de la Fonction publique (15e dans l'ordre protocolaire du gouvernement français). 

Monsieur François Hollande, son homologue étant surement occupé à plus urgent, le Premier ministre Bernard Cazeneuve itou. Au Etats-Unis, en Corée et même au Maroc voisin, nos chefs d’Etats sont accueillis avec sobriété. 

Il n’y a qu’en Afrique sub saharienne ou les dirigeants du monde s’offrent des bains de foule avec des badauds immobilisés là pendant des heures et transportés tel du bétail sur des kilomètres par des « responsables politiques » en quête de reconnaissance Il faut bien qu’en Afrique, on arrête cette tradition d’accueil folklorique de nos invités, rassemblements colorés de femmes et de jeunes pour faire des sourires à l’hôte et s’époumonant à qui mieux mieux, sous la dure chaleur de nos tropiques. Souvent, le Premier ministre, le président de l'Assemblée nationale, des directeurs généraux, Pca, et autres commis de l'Etat tiennent aussi à être présents, désertant bureaux et cabinets. Des artères et boulevards entiers sont bloqués pour la parade présidentielle. 

Un congé est accordé aux scolaires rien que pour la circonstance comme ce fut le cas récemment au Burkina, lors du passage d'Emmanuel Macron. Ces mêmes pratiques sont de mise lorsque le président lui-même se déplace à l'intérieur du pays ou á l'étranger Les accueils populaires sont le meilleur baromètre de l’oisiveté ambiante de nos populations. Ils traduisent aussi notre mal- être. Un pays dont les habitants vaquent à leurs occupations professionnelles, ne peut pas mobiliser des centaines d’individus aux heures de travail pour amuser la galerie. 

Le Président Sall qui a l’une des plus belles carrières politiques et étatiques du Sénégal post indépendant, a la responsabilité historique de nous sevrer de ces pratiques vieillottes Non Erdogan, ces messieurs, dames qui t’ont accueilli ne sont pas des «enfants», mais bien une délégation de nos 83 ministres de la République, tout statuts rangs et grades confondus Ha ! Pour la postérité, ils ne devaient être que 25. Mais bon, ça ... !! 





Babacar Ndiaye Communicant, Conseiller
 
 

Dakarflash6



Nouveau commentaire :