Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Menace sur les libertés syndicales : Serigne Mbaye Thiam jette de l’huile sur le feu


Après la mobilisation retentissante organisée à Kaolack ce 29 février par les organisations syndicales, le ministère de l’Education nationale a encore sorti le sabre avec des ponctions sur les salaires de ce mois. En plus, une enquête nationale sur l’appartenance syndicale a été lancée par ses services.

Rédigé par DakarFlash.com, le Samedi 3 Mars 2018 || 284 partages || 0 commentaires

 

Dans un communiqué qui date du 2 mars, le Syndicat unique et démocratique des enseignants du Sénégal affirme : « C’est avec surprise et indignation que le SUDES a constaté l’organisation, par le ministre de l’Education nationale, d’une enquête nationale sur l’appartenance syndicale ou la non syndicalisation de chaque enseignant (e). »

En effet, sur toutes les fiches de renseignements sur le personnel, dans le cadre du recensement exhaustif du personnel à tous les niveaux, il existe désormais une rubrique « appartenance syndicale ».

« En quoi l’identification de l’appartenance syndicale de l’agent est-elle utile voire indispensable dans la gestion administrative du personnel enseignant ? En d’autres termes, quelle est la pertinence d’un tel recensement pour disposer des outils de gestion efficace du personnel ? Ce genre de recensement rappelle, de triste mémoire, la gestion politico-clientéliste du personnel qui a prévalu dans le système éducatif, au cours des décennies 1970 et 1980 notamment. Celle-ci a été naturellement combattue vigoureusement et avec persévérance par le syndicalisme autonome incarné à l’époque par le SES puis par le SUDES pour l’avènement, l’ancrage et l’épanouissement des libertés syndicales dont la gestion démocratique du personnel est une des dimensions fondamentales. », ont renchérit les camarades du Docteur Amadou Diouane.

Par ailleurs, dans ledit communiqué, le SUDES rappelle que, l’enquête administrative sur l’appartenance syndicale est contraire à l’esprit des dispositions pertinentes des conventions de l’OIT. Il s’agit entre autres, de la Convention 98 sur le droit d’organisation et de négociation collective, de la Convention 151 relative à la protection du droit d’organisation et les procédures de détermination des conditions d’emploi dans la Fonction publique. Ces conventions protectrices des libertés syndicales stipulent, entre autres, que « les organisations d’agents publics doivent bénéficier d’une protection adéquate contre tous actes d’ingérence des autorités publiques dans leur formation, leur fonctionnement et leur administration. »

 


Dakarflash6



Nouveau commentaire :