Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Nouvel enlèvement de masse au Nigeria: Boko Haram toujours en capacité de nuire


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 27 Février 2018 || 31 partages || 0 commentaires

Nouvel enlèvement de masse au Nigeria: Boko Haram toujours en capacité de nuire
Alors que l'armée nigériane quadrille la région, dévastée par neuf années d'insurrection, comment ont-ils pu enlever plus de 100 élèves, sans rencontrer la moindre résistance et s'évanouir dans la nature? 

Une semaine après le raid nocturne du 19 février, de nombreuses questions subsistent, même si les témoignages et analyses recueillis par l'AFP font penser à une attaque "bien planifiée" ciblant l'école publique pour filles de Dapchi, dans l'Etat de Yobe. Les habitants de cette localité poussiéreuse, proche de la frontière avec le Niger, ont décrit l'arrivée d'un convoi d'"au moins 10 à 15" véhicules, à l'heure où la plupart se trouvaient à la mosquée pour la prière du soir. Les hommes armés qui en sont descendus ont aussitôt pris la direction de l'internat pour filles, sans montrer d'agressivité particulière envers la population, qui s'est terrée chez elle, tandis que des centaines d'élèves fuyaient en brousse dans l'obscurité. 

Au total, 111 d'entre elles restent introuvables. Cette attaque, mais aussi la confusion qui a suivi, rappelle l'enlèvement de 276 lycéennes à Chibok en avril 2014 qui avait donné une tragique notoriété internationale à Boko Haram - dont le nom signifie "l'éducation occidentale est un péché" en haoussa. Le groupe était alors à l'apogée de sa puissance, contrôlant de vastes territoires. S'il est aujourd'hui affaibli par les offensives de l'armée nigérianes, qui a annoncé à maintes reprises avoir "écrasé les terroristes", Boko Haram possède encore une évidente force de frappe. "S'ils ont enlevé plus de 100 filles, cela signifie qu'il y avait une logistique importante en amont et un endroit sûr où les emmener ensuite. Il ne peut pas s'agir d'un acte spontané", estime Yan St Pierre, consultant en contre-terrorisme au Mosecon (Modern Security Consulting Group). 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :