Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Procès de jihadistes présumés au Sénégal : verdict le 19 juillet


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 1 Juin 2018 || 242 partages || 0 commentaires

Procès de jihadistes présumés au Sénégal : verdict le 19 juillet

Un tribunal correctionnel de Dakar a mis jeudi en délibéré au 19 juillet son jugement au procès de 29 jihadistes présumés poursuivis pour des faits de  “terrorisme”.

“Le jugement sera prononcé le 19 juillet 2018 à 09H00” (locales et GMT), a déclaré, à la fin de l’audience, Samba Kâne, président de la Chambre criminelle spéciale du tribunal de Dakar. 

Ce procès, placé sous haute sécurité et qui avait démarré le 9 avril, après une série de renvois depuis décembre, est le plus important à se tenir au Sénégal par le nombre de prévenus dans une affaire de ce type.

La défense a clôturé ses plaidoiries jeudi. Elle a demandé l’acquittement des 29 prévenus, dont trois femmes, poursuivis pour “actes de terrorisme par menaces d’attentat”, “association de malfaiteurs, financement du terrorisme, blanchiment de capitaux”, “apologie du terrorisme” et “détention d’armes sans autorisation”.

Après les plaidoiries des avocats jeudi, les prévenus qui se sont exprimés ont tous rejeté les accusations à leur encontre.

Tous ont nié les faits

“Je n’ai jamais commis les faits pour lesquels je suis poursuivi”, a ainsi réaffirmé Makhtar Diokhané, décrit par le parquet comme “l’idéologue” du groupe.

Quant à Alioune Ndao, un imam de Kaolack (centre) célèbre au Sénégal et accusé d‘être le “coordonnateur” du groupe, il a assuré n’avoir pas commis d’actes répréhensibles et qu’“il n’y a de juge suprême que Dieu”.

Le représentant du parquet avait le 14 mai requis la peine maximale, les travaux forcés à perpétuité pour Makhtar Diokhané et 30 ans de travaux forcés contre l’imam Ndao.

Il avait également demandé l’acquittement de huit prévenus et réclamé des peines de “cinq à 10 ans” de prison et de 15 et 20 ans de travaux forcés contre les autres accusés.

Pourquoi “vouloir installer” des bases jihadistes ?

Il est reproché aux prévenus, dont certains ont séjourné dans des zones contrôlées par le groupe islamiste nigérian Boko Haram, d’avoir voulu installer des bases jihadistes dans le sud du Sénégal et d’avoir envisagé d’ensuite étendre leur projet à des pays voisins tels que la Gambie, la Guinée et la Guinée-Bissau.

Pays réputé pour sa tolérance religieuse, le Sénégal compte plus de 90% de musulmans, adhérant pour la plupart à l’islam soufi, représenté par différentes confréries. Il a jusqu’ici été épargné par les attentats qui touchent d’autres pays de la région, comme le Mali ou le Burkina Faso.

africanews


DakarFlash3



Nouveau commentaire :