Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

RDC : le peuple appelé à manifester contre la machine à voter (LUCHA)


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 3 Septembre 2018 || 62 partages || 0 commentaires

 

Une série de manifestations devrait avoir lieu sous peu en RDC contre l’utilisation de la machine à voter aux élections générales du 23 décembre prochain, annonce la Lutte pour le changement  (LUCHA). Pour ce mouvement « citoyen », la machine à voter est synonyme de fraude au profit du pouvoir.

La machine à voter se présente sous la forme d’un écran tactile. Pour chacune des trois élections (présidentielle, législatives et provinciales), la photo des candidats apparaît sur l‘écran. L‘électeur choisit son candidat président, député national et/ou député provincial. À la fin du vote, la machine imprime les trois noms choisis au dos du bulletin de vote que l‘électeur va plier et glisser dans l’urne. À la fin des opérations de vote, la machine affiche les résultats (nombre d’inscrits, de votants, taux de participation, nombre de voix par candidats).

Pour le gouvernement, la machine ne saurait poser problème. « Avec ces machines à voter, le pays aura gagné en termes d’argent, de temps pour ne pas aller jusqu’en août 2019 avec des bulletins pré-imprimés utilisés en 2006 et en 2011 qui n’ont pas empêché que les élections soient traitées de catastrophiques. Le problème est donc ailleurs et pas avec ces machines à voter », a récemment déclaré Norbert Basengezi, vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Et « depuis avril 2018, 1 200 machines à voter sont à l’intérieur du pays dans le cadre de la sensibilisation des électeurs. Pendant 4 mois, aucune n’est tombée en panne », a ajouté Norbert Basengezi. Lequel a annoncé l’arrivée imminente de 70 000 autres machines en provenance de Corée du Sud où elles sont produites.

Des manifestations hypothétiques

Malheureusement, le gouvernement congolais peine à convaincre sur la fiabilité de ces machines à voter. « C’est en réalité une machine à frauder », expliquait récemment Jules Kazadi, un Congolais (Kinshasa) basé à Pointe-Noire, en République du Congo. Un sentiment qu’il n’est pas le seul à nourrir.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >