Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Thiaroye-Azur : Trois tombes, dont celles de 2 talibés Baye Niass, profanées


Les actes de profanation reprennent de plus belle en banlieue. Non à Pikine mais, aux cimetières de Mbattal, à Thiaroye-Azur où trois tombes ont été souillées. Sous le choc, les populations relèvent de troublants indices tendant à accréditer le fétichisme. La Gendarmerie, après constats, a ouvert une enquête.

Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 20 Janvier 2017 || 1225 partages || 0 commentaires

Thiaroye-Azur : Trois tombes, dont celles de 2 talibés Baye Niass, profanées
 
Il y avait foule hier aux cimetières de Mbattal, à Thiaroye-Azur, non loin de la voie ferrée, dans la commune de Thiaroye-sur-mer. Envahissant tôt le matin, les lieux, ces populations, venues aux nouvelles, après le constat de la Gendarmerie, ont laissé éclater leur colère. Des informations obtenues sur les lieux, l’alerte a été donnée par une dame dont la maison est contiguë aux cimetières. Tard dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 janvier 2017, son attention a été attirée par des chuchotements en provenance des cimetières. Balayant les lieux du regard, elle aperçut «trois individus, habillés en noir, récitant à voix basse des versets du Saint Coran». «J’ai eu peur et immédiatement réveillé ma mère qui, à son tour, s’est confiée à un riverain», souffle la dame. Trois individus dans les cimetières à cette heure indue, cela a suscité bien des interrogations mais, ni la dame ni sa mère, encore moins le riverain, n’ont osé réagir. Ils sont plutôt retournés au lit, préférant attendre qu’il fasse jour, pour alerter le quartier.
Au petit matin du mercredi 18 janvier 2017, la nouvelle s’est alors répandue dans le quartier, entraînant un rush vers les cimetières. Tout le monde voulant savoir si la tombe d’un parent ou d’un proche n’était pas concernée.
Troublantes coïncidences : les tombes de deux talibés de Baye visées
«Nous avons hélas constaté que trois tombes ont été profanées. Dont deux de talibés Baye Niass. De leur vivant, ils étaient inséparables : l’un, décédé en 2013, est né en 1984, l’autre, disparu en 2016, a vu le jour en 1986. Ils ont grandi ensemble, on ignore pourquoi leurs tombes séparées de quelques mètres, ont été particulièrement visées», s’interroge Yoro Sow qui a guidé nos pas. Poursuivant, Yoro Sow qui a été aidé des populations pour refaire les tombes, déclare ignorer si «des choses ont été enfouies dans les tombes ou une partie des linceuls a été emportée».
La tombe d’un quinqua profanée
La troisième tombe profanée est celle d’un quinquagénaire. Sur la pierre tombale, ses dates de naissance, (22/08/1956) et de décès, 16/10/2015. Son neveu, Bathie Ndiaye, rencontré hier aux cimetières de Mbatta,l témoigne, les larmes aux yeux : «Nous avons vraiment eu mal quand nous avons appris que la tombe de mon oncle a été profanée. Depuis, toute la famille est sous le choc. Nous devons prier pour nos défunts et veiller sur leurs tombes. Alors si elles sont profanées, vous conviendrez avec nous que cela nous fait trop mal…» Tous les habitants de Mbattal et de Thiaroye-Azur interpellent le maire pour que les cimetières soient mieux protégés par «une élévation du mur de clôture et un éclairage des lieux».
 

L'Obs


Dakarflash6



Nouveau commentaire :