Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Vidéo - Une voiture percute un fourgon de gendarmerie sur les Champs-Élysées


Une voiture a délibérément foncé sur un véhicule de la gendarmerie lundi après-midi sur le rond-point des Champs-Élysées, à Paris. Des armes, dont une Kalachnikov, des cartouches et une bonbonne de gaz ont été retrouvées, selon des informations de BFMTV. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête.

Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 20 Juin 2017 || 27 partages || 0 commentaires

À la suite du choc, qui s'est produit peu avant 16 heures, le véhicule s'est embrasé. Une opération de déminage est en cours, a déclaré une représentante de la gendarmerie. Aucun membre des forces de l'ordre ni aucun passant n'a été blessé.

Le conducteur a pu être extrait du véhicule par les pompiers. "Très probablement, l'individu est mort, il est allongé" sur le sol, a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur. "Comme une opération de déminage est en cours, les secours progressent lentement". 

L'assaillant connu du renseignement, selon BFMTV
L'homme, âgé de 33 ans, était connu des services de renseignement, selon BFMTV.

Un important dispositif de sécurité a été instauré mais la situation est sous contrôle et l'incendie a été éteint. Les autorités ont recommandé sur les réseaux sociaux d'éviter le secteur. Le quartier est bouclé et la circulation a été interrompue. La station de métro Champs-Élysées-Clemenceau est également fermée par mesure de sécurité.

Déjà une attaque sur les Champs en avril
Le 20 avril, les Champs-Elysées avaient déjà être le théâtre d'un attentat lorsque Karim Cheurfi avait tué par balles un policier et en avait blessé deux autres, avant d'être abattu. Un message manuscrit "défendant la cause de Daech" avait été retrouvé sur un papier près de son corps, l'attaque avait immédiatement revendiquée par le groupe Etat islamique. 

Le 6 juin, Farid Ikken avait lui attaqué un membre d'une patrouille de police sur le parvis de Notre-Dame de Paris, en plein coeur du Paris touristique, et s'était revendiqué "soldat du califat", un terme utilisé pour désigner le califat autoproclamé en juin 2014 du groupe jihadiste EI, selon une source proche de l'enquête. Le policier agressé avait été légèrement blessé au cou. L'homme, qui était également muni de deux couteaux de cuisine, avait crié "c'est pour la Syrie" au moment où il frappait le policier, avait déclaré le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb, sans doute en référence à la coalition militaire internationale à laquelle participe la France pour éradiquer l'EI en Irak et Syrie. 

Depuis janvier 2015, la France a basculé dans l'ère de la violence jihadiste, avec une vague d'attentats qui a fait au total 239 morts, les dernières visant tout particulièrement les forces de l'ordre.

Dakarflash6



Nouveau commentaire :