Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Vie carcérale à Louga L’Observatoire national dénonce « les pénibles conditions des détenus »


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 18 Avril 2018 || 63 partages || 0 commentaires

L’Observatoire national des Lieux de Privatisation de Liberté (Onlpl), dans le cadre du projet d’appui de l’Union européenne, a organisé hier dans la capitale du Ndiambour, des activités de sensibilisation à travers un Comité régional de développement (Crd) d’information et de formation des agents d’exécution des lois, et de visite des lieux de privation de liberté.

« La torture dans les lieux de privation de liberté n’a pas atteint des proportions inquiétantes », a indiqué Madame Josette Marceline Ndiaye, directrice de l’Onlpl, au terme d’une visite à la Maison d’Arrêt et de Correction de Louga. L’Observatoire des prisons a attiré l’attention sur le fait que « les détenus ont commis des délits, mais cela n’empêche pas qu’ils soient des êtres humains qu’il faut respecter ». Mame Ndiaye s’est tout même félicitée des résultats détenus sur le plan de la sensibilisation et affirme à ce sujet que l’Onlpl  « est en train de mener un travail pour sensibiliser sur cet aspect du problème des détenus et faire comprendre aux gens que, maintenant, il est interdit de torturer ou de maltraiter les personnes « . Elle a tenu à rappeler aux forces de sécurité qui ont pris part à ce Crd, présidé par l’adjoint au gouverneur chargé du développement, Faly Sow, que la torture est sévèrement sanctionnée dans le pays et le fautif encourt sans aucune circonstance atténuante une peine qui peut aller jusqu’à 10 ans ». L’institution de l’Observatoire national des Lieux de Privation de Liberté est une réponse juridique et institutionnelle aux différents abus et mauvais traitements dont les personnes privées de leur liberté sont l’objet de la part des forces de l’ordre. L’atelier a été animé par des praticiens du droit ayant chacun capitalisé dans son domaine une expérience sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Le deuxième thème sur la responsabilité pénale des agents d’exécution des lois, a été introduit par Monsieur Doudou Cissé Diouf, Procureur de la République près du Tribunal de Grande Instance de Louga. Le troisième thème, sur la responsabilité administrative et disciplinaire des agents d’exécution des lois, a été présenté par Monsieur Amadou Diallo, Observateur adjoint, Inspecteur de l’Administration Pénitentiaire à la retraite. Le quatrième thème sur les conséquences psychologiques de la torture sur les victimes, a été présenté par le Docteur Ahmeth Saloum Diakhaté, Observateur délégué extérieur.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 11:51 Macky Sall attendu ce jeudi à Ndiassane