Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Ziguinchor : les imams prient pour les victimes de la tuerie de Boffa


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 15 Janvier 2018 || 92 partages || 0 commentaires

Le collectif des Imams de Ziguinchor (sud) a organisé dimanche à la Grande mosquée de la ville, une cérémonie de récital de Coran et de prières pour le "repos de l’âme des 14 victimes" de la tuerie de Boffa Bayottes et le retour définitif de la paix en Casamance, a constaté un reporter de l’APS. 

La Grande mosquée de Ziguinchor a refusé du monde ce dimanche. Nombre de musulmans sont venus répondre à l’appel du collectif des Imams de la ville, pour une séance de récital de Coran et de prières. 

"Nous avons connu une longue accalmie. Nous n’ avons jamais été plus proches de la paix. Mais l’incident de Boffa est survenu malheureusement. C’est pourquoi nous avons pris la décision de nous rassembler pour prier pour la paix et pour les 14 victimes", a expliqué Imam Djibril Dème, coordonnateur du Collectif des Imams de Ziguinchor. 

"Nous allons, au-delà de cette séance de prières, continuer à prêcher pour un retour définitif de la paix en Casamance. Nous allons inscrire la thématique de la paix au cœur de nos prêches, de nos sermons et dans nos différentes conférences publiques", a poursuivi M. Dème. 

L’’administrateur général du Fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP), Doudou Ka qui a initié cette séance de prières, a plaidé pour que les autorités "considèrent les enfants des 14 victimes comme des pupilles de la Nation pour leur meilleure prise en charge". 

20 personnes dont une femme ont été interpellées dimanche matin vers 5h, par les éléments du Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) dans le village de Toubacouta (Ziguinchor, sud), non loin de Boffa-Bayottes où a lieu la tuerie du 6 janvier dernier. 

Parmi les personnes interpellées, figurent 4 jeunes qui ont récemment fait l’objet d’une condamnation à Ziguinchor. Membres d’un comité villageois de surveillance des forêts, ils ont été jugés, condamnés puis libérés en octobre dernier dans le cadre d’un conflit avec des exploitants forestiers.a

DakarFlash3



Nouveau commentaire :